samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Vidéo – ‘ Les étoiles me suffisent ‘ : un autre regard sur les transgenres en Polynésie

Publié le

Publié le 31/05/2018 à 11:40 - Mise à jour le 14/06/2019 à 21:23
Lecture 3 minutes

Qu’est-ce qu’être transgenre en Polynésie ? Pour apporter quelques éléments de réponse à cette vaste interrogation, il a fallu trois années à Eliane Koller. L’ethnologue a réalisé un film sur trois polynésiens devenus-ues polynésiennes : Vainoa Temahu, Tumata Tauraatua et Mahana Poevai. La réalisatrice explique :

« C’est un sujet auquel je tiens depuis longtemps. […] Parce que c’est quand même flagrant, ça fait partie de la culture et c’est rejeté en même temps. Il y a des histoires très tristes. Des raerae qui se font rejetées par leurs familles mais en même temps on les voit partout ici, ce qui n’est pas le cas en Europe. Je voulais creuser ce sujet et comprendre pourquoi… »

Les trois étoiles des 54 minutes se sont filmées elles-mêmes pendant trois ans. Au quotidien, elles ont livré leurs joies, leurs peines, leurs interrogations… Pour Tumata Tauraatua, ce documentaire est important. Elle souhaite qu’il permette de changer le regard des Polynésiens sur les personnes transgenres. Elle souligne :

« Ce n’est pas facile tous les jours mais on a quand même de la chance d’être en Polynésie. Cependant, nous aimerions être mieux acceptées… »

Selon cette dernière, la communauté des mahu essuie des flots d’insultes réguliers. Elles doivent aussi subir le regard des gens, souvent réprobateur ou moqueur. Ces ‘’nouvelles’’ femmes aimeraient être mieux considérées dans le monde de l’emploi. Mahana Poevai décrit :

« C’est difficile d’être acceptée dans certains domaines. Il y a des entreprises qui ne veulent pas nous engager par rapport au regard des clients. Nous sommes plus sollicitées dans les métiers de l’hôtellerie et de la restauration ou encore les salons de beauté. Mais pour ces métiers-là, il faut avoir des formations et ce n’est pas évident pour tout le monde. »

A ses côtés, Tumata Tauraatua ajoute :

« Il ne faut pas prendre le cas des raerae pour une globalité. On n’est pas toutes pareil. On est comme tout le monde. »

Le film a permis à la réalisatrice elle-même d’apprendre à connaître les transgenres.

« A la fin, j’ai réalisé qu’on s’aimait. On a développé une relation où j’ai beaucoup appris de leur façon d’être. J’ai appris que leur vie, ce n’est pas facile comme le nôtre même s’ils font beaucoup de blagues, même s’ils rigolent beaucoup. Au-dessus, il y a quand même un noir, une souffrance pour tous, pour chacune. »

Les étoiles me suffisent a été présenté en avant-première jeudi au Liberty devant plusieurs dizaines de personnes. Il sera diffusé le mercredi 6 juin sur TNTV.
 

Rédaction web avec Oriano Tefau

Trois questions à… Emmanuelle Pouget, ATER, attachée temporaire d’enseignement et de recherche en droit privé à l’UPF.

Est-ce qu’il y a eu des changements dans le statut des transgenres récemment ?

Oui, il y a eu un changement de perspective assez important. Originellement la loi n’était pas intervenue pour déterminer les conditions dans lesquelles le changement de sexe pouvait être obtenu à l’état-civil. C’est donc la jurisprudence, les juridictions, qui avaient posé ces conditions. Or, parmi ces conditions figurait l’obligation de suivre un traitement hormonal et chirurgical pour aboutir à une adéquation entre le sexe biologique et le sexe revendiqué. Désormais, suite à une condamnation de la cour européenne des droits de l’Homme, la jurisprudence a changé, le législateur est intervenu. Par une loi du 18 novembre 2016, et désormais il suffit que la personne soit connue de son entourage et se présente aux yeux de tous comme étant soit un homme soit une femme.

Cela signifie-t-il qu’il n’y a pas plus besoin d’actes chirurgicaux pour se faire appeler Madame ou Monsieur ?  

Plus maintenant. Néanmoins, il figure toujours dans cet article 61.5 du code civil, il faut qu’elle rapporte la preuve d’un faisceau d’indices qu’il prouve qu’elle se présente au monde comme étant le sexe revendiqué. Exemple : elle a changé de prénom préalablement.

Cela se fait-il facilement ce changement de genre ?

Pour ce qui est du prénom, il suffit d’aller voir l’officier de l’état civil de la commune de naissance ou de résidence. En revanche, pour ce qui concerne la demande de changement de sexe à l’état civil, ça suppose de saisir le tribunal de grande instance.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

De plus en plus de femmes recrutées pour des...

La féminisation des agents recrutés sur postes budgétaires est une constante observée depuis 10 ans, peut-on lire dans le rapport du Président de la Polynésie française à l’Assemblée de la Polynésie française, qui consacre chaque année une partie dédiée au bilan social des services administratifs et des établissements publics à caractère administratif (EPA).

CAPF : ouverture des inscriptions pour la rentrée 2020/2021

Les inscriptions pour la saison 2020/2021 du Conservatoire artistique de la Polynésie française ouvrent ce mardi 2 juin 2020, jusqu'au vendredi 31 juillet prochain.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV