samedi 19 octobre 2019
A VOIR

|

Vidéo : L’ECMO, une technique qui a permis de sauver 15 vies au fenua

Publié le

Publié le 10/02/2018 à 6:00 - Mise à jour le 10/02/2018 à 6:00
Lecture 3 minutes

C’est une petite machine qui a sauvé la vie de 15 polynésiens passés par le service de réanimation de l’hôpital du Taaone….
Elle permet de pratique l’ECMO (Extracorporelle Membrane Oxygenation) : un système d’assistance qui assure le relais du cœur ou des poumons lorsqu’ils sont incapables de fonctionner normalement.

“Ce sont des patients qui sont en échec des traitements traditionnels, que ce soit sur le plan respiratoire ou sur le plan cardiaque, et on va faire une assistance respiratoire et/ou cardiaque, selon les cas, qui va permettre d’attendre la récupération des poumons ou du coeur”, explique le docteur Eric Bonnieux, ancien chef du service réanimation du CHPF, et coordinateur de la formation. “Dans de très rares cas, il va falloir passer à une autre technique d’assistance qui demande un transport en métropole, ce que nous envisageons de faire dans les mois qui viennent. C’est une technique qui est assez lourde, complexe, qui a ses complications. On ne l’utilise qu’en dernier recours pour les patients pour lesquels seule cette solution est encore possible”.

Deux spécialistes de la Pitié Salpétrière qui pratiquent chaque jour ce type d’interventions, forment, au Taaone, durant toute la semaine, 25 soignants polynésiens. 3 calédoniens participent également par vidéo conférence.
“L’idée est de leur montrer les différents aspects de la technique”, indique Charles-Edouard Luyt, professeur de réanimation à la Pitié Salpétrière. “Il faut déjà sélectionner les malades. Qui peut en bénéficier ? L’un des enjeux est aussi de poser la machine au bon moment. Pas trop tard, sur des malades qui peuvent aller sur une défaillance de tous leurs organes, et malgré cette machine, décéder. Et pas trop tôt, parce-que quand il n’y a pas d’indication et que les malades n’en ont pas besoin, c’est posé à tort avec des risques de complications. On essaie de faire partager notre expérience pour essayer de mieux comprendre quel type de malades pourrait bénéficier de cette technique. On induit, avec cette technique, d’éventuelles complications, d’éventuels effets secondaires… et puis il y a toute la prise en charge du malade globale. C’est là qu’on a peut-être un apport intéressant qui est notre expérience, et la meilleure façon de régler tout ça”.

Chaque année, entre 1 et 3 patients sous ECMO ont besoin d’être transplantés. Pour cela, il faut les evasaner. Des discussions avec Air Tahiti Nui sont en cours. Il faut 30 heures entre le moment où le patient quitte le Taaone et celui où il est admis à la Pitié Salpétrière. Les équipes de réanimation souhaitent lancer les evasans cette année. Il s’agirait du plus long pont aérien jamais réalisé pour cette technique : “L’une des particularités ici, c’est l’éloignement par rapport à Paris, si toutefois un patient devait bénéficier d’une greffe ou d’une assistance longue”, précise Thibaut Schoell, chef de clinique, assistant du service chirurgie cardiaque de la Pitié Salpétrière. “Ces transports de plus de 24 heures n’ont pas encore été faits mais sont tout à fait envisageables avec le progrès des technologies et de la réanimation mobile. Si ce pont aérien se fait entre Papeete et Paris, ces patients pourront bénéficier de la greffe et auront les mêmes chances que les patients métropolitains”.

Dans un second temps, les équipes de réanimation espèrent pouvoir créer une unité mobile capable d’intervenir dans les îles : “Ici, on peut imager la mise en place d’unités ambulatoires. Ca ne se fera pas dans un premier temps, mais peut-être que d’ici quelques années, on pourra envoyer des équipes assister des patients dans les îles”, conclut le docteur Eric Bonnieux. 

Une seconde session de formation est prévue en juin. 
 

Laure Philiber 

Le reportage du JT du 11 février 2018

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

Vaimua Muliava : “Le numérique, c’est la nouvelle pirogue...

Vaimua Muliava, membre du gouvernement de Nouvelle-Calédonie est actuellement en visite au fenua dans le cadre du Digital festival Tahiti qui se tient à la Présidence depuis le 16 octobre et qui se termine ce samed

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X