samedi 8 mai 2021
A VOIR

|

Vidéo – Le Prairial de retour après une participation au plus grand exercice aéronaval du monde

Publié le

Publié le 02/08/2018 à 13:05 - Mise à jour le 02/08/2018 à 13:05
Lecture 2 minutes

Émotion ce vendredi : le Prairial est de retour à Papeete après 100 jours de mission. Le navire de la Marine nationale a quitté la Polynésie le 27 avril.  « Ça fait vraiment du bien de revenir au fenua, voir son île », souffle Teheapapa, matelot polynésienne. Ancienne élève du collège de Papara, elle a eu un déclic en visitant le Prairial lors d’une journée portes ouvertes. Cela fait aujourd’hui plus d’un an qu’elle est entrée dans la marine. 

Pendant 3 mois, le bâtiment a assuré des opérations de surveillance de la zone de responsabilité permanente, mais aussi de police des pêches. Les actions de coopération internationale étaient également au programme. 

> 42 bateaux, 25 000 hommes pour le Rimpac

Point d’orgue de ce long déplacement, la participation au plus grand exercice aéronaval au monde : le Rimp of the Pacific (Rimpac) avec 25 nations participantes. Il vient de s’achever au large d’Hawaï et au sud de la Californie.  
La frégate a entamé un cycle d’entraînements à la mer de trois semaines, en compagnie de 42 autres bâtiments de surface et sous-marins, ainsi que plus de 200 aéronefs. « 42 bateaux, 25 000 hommes. C’est quand même gigantesque. On a pu éprouver le gigantisme américain dans toute sa splendeur », raconte le capitaine de frégate Luc Pohl.  « C’était impressionnant », se souvient Teheapapa. 

> Contrôle de trafic de stupéfiants

Sur le chemin du retour, le navire a aussi effectué des missions de contrôle de trafic de produits illicites au large de l’Amérique centrale. « On a lutté contre les trafics illicites, trafics de drogues et tout autre trafic illicite au large de l’Amérique central qui est quand même un secteur majeur en ce moment en terme de trafic. » 
 

La France est le seul pays européen à compter des forces dans le Pacifique.

Rédaction web avec Thomas Chabrol 

infos coronavirus