dimanche 21 juillet 2019
A VOIR

|

Vidéo – La chasse aux “noddy birds” pour survivre à la faillite de Nauru

Publié le

Publié le 11/01/2019 à 16:15 - Mise à jour le 11/01/2019 à 16:15
Lecture 2 minutes

Depuis l’épuisement de ses ressources en phosphates dans les années 90, la population se bat pour survivre dans ce plus petit État insulaire du monde. Pour subvenir à ses besoins, la population de Nauru chasse… des oiseaux. Leur cible : les “noody birds”, aussi appelés “noddies” ou “noha” en tahitien.

>>> Voir aussi : Vidéo – Vie et mort des réfugiés dans les camps de Nauru

Hayben et Johnny sont tous deux chasseurs de “noddies”. Des chasses qu’ils pratiquent dès la tombée de la nuit, dans la forêt de Nauru. Pour attirer les “noddies”, une auto stéréo alimentée par une batterie est reliée à des haut-parleurs porte-voix, délivre des cris d’oiseaux. Une fois qu’ils sont là, il ne reste alors aux chasseurs plus qu’à les attraper avec leur gaule. Une technique qui ne laisse aucune chance aux oiseaux. Et pensant se poser dans une colonie, ils se précipitent parfois à plusieurs dans le piège.

“Une fois, nous étions 3, et nous avons attrapé environ 370 ‘noddies’ en 5 heures, en une nuit” déclare Hayben. À peine attrapés, les oiseaux sont tués. Par terre, le sol est jonché de plumes. Mais aussu atroce que cela puisse paraître, c’est ainsi que les Nauruans ont survécu à la crise. Cette chasse est même le principal moyen de subsistance de Hayben.

>>> Voir aussi : Vidéo – Nauru : à fond pour le footy

“On ne peut pas s’arrêter d’attraper le noddy…on aime trop sa chair. Beaucoup de gens m’en commandent, même Johnny d’ailleurs… Je les vends 120 francs la pièce” poursuit Hayben. La chasse au “noddies” à Nauru fait partie intégrante de la tradition de l’île.

Le gouvernement a déjà tenté d’en dissuader les habitants, sans succès. “On le fait quand même pour gagner notre vie. Certains en vendent tels quels, d’autres sous forme de plats préparés” confie Johnny.

Car c’est aussi cela un habitant de Nauru, quelqu’un qui puise ses ressources sans se soucier du lendemain… mais tout comme le phosphate, à un moment donné, la ressource disparaîtra si elle est surexploitée.
 

Rédaction web avec Brandy Tevero

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X