lundi 19 août 2019
A VOIR

|

Vidéo – Kelly Asin : “Le CESC est un lien entre la population et les institutions”

Publié le

Publié le 18/09/2018 à 8:10 - Mise à jour le 18/09/2018 à 8:10
Lecture 2 minutes

Quel est le message des patrons concernant la grève générale de ce mercredi 19 septembre ?

Le grand enjeu aujourd’hui de la PSG est de préserver les grands équilibres. Tout ne pourra pas être financé par les cotisations des salariés et par les cotisations patronales. Si l’objectif est de faire financer tout cela par le budget du Pays, ce dernier devra forcément faire des arbitrages budgétaires ou augmenter la pression fiscale. Mais est-ce que l’augmenter est un bon message alors que l’économie va de mieux en mieux et qu’il nous faut créer des emplois ? J’avoue que cette problématique est assez complexe.  (…) Maintenant, le droit de grève est un droit constitutionnel, les salariés ont le droit de manifester. L’élection est démocratique, un gouvernement a été élu. Donc je propose simplement aux gens et aux partis de se mettre autour de la table et d’essayer de trouver un terrain d’entente et de ne surtout pas casser l’outil de production qu’est notre économie.

>>> Lire aussi : Grève générale : les syndicats promettent un “rassemblement pacifique”

Vous effectuez vos premiers pas au CESC en tant que membre. Comment est-ce que vous prenez cette élection ?

Le CESC est un outil formidable. C’est un lieu de débat, un lieu où on peut échanger, faire des propositions. Le CESC est un lien entre la population et les institutions, en particulier avec le gouvernement. Avec la création du quatrième collège, on a fait entrer pas mal d’associations et d’organisations dans le numérique, l’économie bleue, la CCISM… Nous sommes une représentativité de la société civile. Le CESC fait référence en la matière sur divers sujets et c’est cela que nous devons mettre en avant.

>>> Lire aussi : Réforme de la PSG et du code du travail, les priorités de Patrick Bagur, nouveau président du Medef

Votre prédécesseur, Winiki Sage, avait incité à ce que le gouvernement participe systématiquement aux commissions du CESC, et inversement, des membres du CESC pouvaient participer à certaines commissions de l’assemblée. Pensez-vous poursuivre cette démarche ?

Oui, je pense que c’est important. Le CESC est une assemblée à part entière, qui ne dépend d’aucun organe, d’aucun ministère. Elle s’appuie en revanche sur le ministre en charge des institutions. Je compte poursuivre cette démarche pour que la voix et les avis du CESC soient portés au niveau du gouvernement et que l’on soit entendu. L’organisation mise en place actuellement est bonne. Systématiquement, le rédacteur de chaque texte de loi qui passe au CESC est reçu en commission. Et lorsque l’avis est sorti, les rapporteurs peuvent également le présenter en commission à l’assemblée. Ce qui est un très bon échange et le présage d’une bonne entente et d’une bonne organisation de nos institutions.

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.