fbpx
dimanche 23 février 2020
A VOIR

|

Vidéo – Intempéries : greffée d’un rein, Lani est bloquée chez elle

Publié le

Publié le 06/01/2018 à 14:45 - Mise à jour le 06/01/2018 à 14:45
Lecture 2 minutes

« Chez une personne greffée, les anticorps sont endormis donc le peu de bactérie ou de virus que j’attrape, ça y est, je tombe malade. »

Lani Ah-Tchoy est à bout. Une fois de plus, en ce dimanche matin, elle se retrouve les pieds dans l’eau. Depuis vendredi soir, la pluie n’a eu de cesse de tomber sur l’île de Tahiti. Cette habitante de Papara, a vu l’eau monter dans sa maison. Elle peste :

« Il y a eu de la pluie de plus en plus forte, ça m’angoisse, comme d’habitude. Après, c’était presque la tempête avec le vent et la pluie. De suite, la cour a été inondée. »

Selon la grand-mère, l’eau vient de chez son voisin, victime lui aussi des inondations. La buse bouchée en amont empêche la pluie de se déverser comme elle le devrait. Les habitations sont inondées.

PROBLEME D’HUMIDITE 

C’est la troisième année que la résidente de ce quartier familial vit cette situation. Elle a demandé plusieurs fois l’intervention de la mairie et de l’Equipement. En vain.

« C’est la troisième année de suite que je fais face à ces inondations. L’an dernier, ça a été un trop plein pour moi. J’étais quand même dialysée et ma santé était fragile. Je devais être dans une maison qui n’est pas humide. L’année dernière, j’ai reçu toute l’eau. J’ai dû nettoyer moi-même. J’ai appelé la mairie mais personne n’est venu. Je leur ai demandé de venir constater, mais ils ne sont pas venus.  Ça m’a dépassé. »

La sexagénaire est aujourd’hui greffée d’un rein. Sa santé est très fragile. Lani peut tomber malade à la moindre bactérie. Elle est sortie de l’hôpital jeudi. Vendredi, sa maison était de nouveau sous les eaux.

« Je demande que ça s’arrête ! Je ne vais pas vivre comme ça ! Ce n’est pas une vie. Je suis actuellement greffée et c’est devenu très difficile. Ma situation est délicate. »

OBLIGEE D’ESCALADER LE MUR 

Dans la nuit de vendredi à samedi, après plusieurs coups de fil, la mairie est intervenue chez Lani. Les services ont construit un barrage de fortune devant le portail de l’habitante pour stopper l’eau. Résultat : la mamie de ne peut plus sortir de chez elle.

Greffée et à bientôt 60 ans, elle est obligée d’escalader un mur pour se rendre chez sa fille. Mur glissant et donc dangereux pour cette habitante.

« Je suis quand même une personne ! Quand j’alerte la mairie, les travaux publics, je dirais que c’est de la non-assistance à personne malade ! »

Le voisin de Lani, Jean Lalaille, est lui aussi désolé de la situation. Son jardin est inondé à chaque pluie. Il explique :

« Tous les ans, c’est pareil. Les voisins se plaignent mais on ne peut pas faire autrement. On essaie de voir la mairie mais je ne sais pas ce qu’ils vont faire. C’est eux qui décident. »

Lani Ah-Tchoy, elle, n’en peut plus. Fatiguée, à bout de nerfs, elle souhaite pouvoir vivre tranquille dans sa maison, loin de l’humidité.
 

Rédaction web avec Thierry Teamo

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X