mercredi 16 octobre 2019
A VOIR

|

Vidéo – Grève effective chez les praticiens hospitaliers

Publié le

Publié le 05/11/2017 à 14:28 - Mise à jour le 05/11/2017 à 14:28
Lecture 2 minutes

Les praticiens hospitaliers sont en grève, dénonçant “Un statut complètement dépassé qui ne permet pas d’attirer des spécialistes et donc, certains praticiens ne viennent plus à  l’hôpital, car le statut n’est plus attractif.”, explique Christophe Allé, Chef de service de gynécologie et vice-président du syndicat des praticiens hospitaliers .

Dans les faits, cela se traduit par une diminution des radiologues, “D’où un mammographe sous utilisé entrainant un dépistage du cancer du sein qui ne marche pas bien en Polynésie.”, des néphrologues qui ne sont pas remplacés “car c’est une spécialité difficile, mais très attractive en métropole.”

Pour le vice-président du syndicat des praticiens hospitaliers, “On arrive à un système où ce sont des remplaçants qui viennent un ou deux mois, parce que l’on veut bien venir en Polynésie un ou deux mois car cela permet de découvrir le pays.”

Ce qui n’est pas une solution, d’autant que pour Christophe Allé, “Au niveau de la prise en charge globale des patients, il faut des praticiens qui soient là pour de nombreuses années, permettant une prise en charge de patients, de plus en plus complexe en Polynésie, notamment au niveau des polypathologies que l’on connaît ici.”

Conséquences pour les patients, des retards de prise en charge, “avec parfois des délais importants pour chirurgie ou une prise en charge de cancer.”

Selon, le syndicat des praticiens, “Le statut nous est de plus de plus défavorable, et nous avons une demande des praticiens d’avoir une charge de travail moins importante, et de ne pas travailler autant.” Il faut savoir qu’en moyenne, un médecins praticien travaille environ 60 heures par semaine, garde comprise.

Pour Marc Lévy, président du syndicat des praticiens hospitaliers, l’heure est grave. “On arrive plus à faire venir des spécialistes, y compris des médecins qui viennent de Polynésie et qui ont fait des études en France. Plusieurs services manquent de praticiens. En radiologie par exemple, personne ne s’est présenté pour le concours. En urologie, nous n’avons qu’un seul médecin capable de faire une greffe.”

Pour le président du syndicat, le statut d’établissement public administratif de l’hôpital est  “Dépassé, démodé, pas du tout adapté à un fonctionnement d’hôpital. Ce n’est qu’une accumulation de tracasseries administratives, totalement éloignée des vrais besoins des patients”. Pour le praticien, “On ne pense pas au patient, on pense simplement au règlement.”

Selon les autorités du Pays, celles-ci seraient ouvertes à la discussion, mais ce seraient les médecins qui refuseraient le débat. “Nous avons laissé trois semaines aux autorités pour nous répondre. Nous savons que c’est la ministre de la Fonction publique qui a le dossier en main, et en désespoir de cause, nous avons fait depuis vendredi toutes les tentatives possibles pour avoir un rendez-vous, et il y a eu un refus évident de communiquer, comme si les ministres nous poussaient à la grève.”.

Pour l’heure, aucune action n’est envisagée, les praticiens attendant la réaction du gouvernement. “On espère qu’en situation de grève, il va y avoir rapidement des réunions.”
 

Rédaction web avec Laure Philiber

On écoute Eric Bonnieux, médecin réanimateur au micro de Laure Philiber
 

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Turama vous éclaire sur le démarchage à domicile

L’enquête Fetii Fenua vient de démarrer. Initiée par l’Institut de la Statistique, elle doit permettre de mieux connaître les mouvements de population en Polynésie et leurs besoins. Des enquêteurs viendront vous rendre visite. Comment les différencier des démarcheurs ? Nous répondons à cette question avec notre invité Raiarii Tama, chargé de communication de la Direction générale des Affaires Economiques (DGAE).

Tautira : un ahima’a géant pour 2600 convives

Plus de 2600 femmes protestantes se sont réunis samedi à Tautira pour donner leur analyse spirituelle de l’amour. Pour l’occasion, la paroisse de Tautira a préparé un four tahitien exceptionnel.

Moloka’i Hoe : la préparation des juniors d’EDT Va’a

La grande course hawaiienne Moloka’i Hoe aura lieu ce dimanche. Sur le départ, on retrouvera l’équipe junior d’EDT Va’a, qui signe sa première participation.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X