fbpx
samedi 29 février 2020
A VOIR

|

Vidéo – French Bee : Récupération des bagages à San Francisco : “c’est provisoire”

Publié le

Publié le 14/05/2018 à 9:14 - Mise à jour le 14/05/2018 à 9:14
Lecture 3 minutes

Le premier vol de French Bee est plus que satisfaisant pour la direction de la compagnie. Marc Rochet se dit “très satisfait d’abord parce que le vol qui venait de Paris s’est très bien passé. Nous avons déployé un A350, le plus bel appareil d’Airbus, le dernier cri de la technologie, qui offre le meilleur confort en cabine dans un avion qui est absolument fait pour ce type de route puisque c’est un appareil destiné à voler sur de très grandes distances. Et puis nous sommes satisfaits, très contents, heureux, de l’accueil qui nous a été réservé à l’aéroport.”

327 personnes se trouvaient à bord de l’appareil qui a une capacité de 400 passagers. Mais la compagnie ne désespère pas de remplir complètement ses avions à l’avenir. “On n’a jamais de vol inaugural rempli totalement parce que les gens ont besoin de voir l’avion se poser, de croire en cette compagnie qui arrive de très loin, qu’ils ne connaissent pas.”

Les ventes pour la saison haute sont d’ailleurs déjà “bonnes” selon le directeur. “40 000 passagers ont déjà enregistré des sièges sur nos prochains vols. Donc oui ça se présente bien.” 

Seul bémol de l’avis des passagers du premier vol : le fait de devoir récupérer et réenregistrer ses bagages à San Francisco. Marc Rochet explique que “c’est provisoire, c’est une phase de rodage, mais c’est aussi le résultat d’un choix que nous avons fait. (…) Les autorités américaines sont compliquées. Elles nous ont aidé mais elles ont aussi leurs règles (…) Il faut en quelques sorte mettre tout cela en place et je suis convaincu que dans les semaines qui viendront le système de transit à San Francisco s’améliorera pour les passagers qui vont au bout de la ligne.”

French Bee arrivera-t-elle à maintenir des prix compétitifs face à l’augmentation du prix du carburant ? Marc Rochet explique avoir choisi un modèle d’avion, l’A350 parce qu’il consomme environ “25% de moins qu’un avion de la génération précédente”. Les tarifs seront donc impactés, mais “beaucoup moins que tout concurrent qui possède des avions d’une autre génération”, assure le directeur de la compagnie low cost. 

Du low cost oui, mais une campagne de vente à destination de tous les publics. “Tous les touristes sont les bienvenus et surtout dans un pays aussi merveilleux que la Polynésie française. Nous allons mettre en place un dispositif de vente et marketing qui s’ouvre à la clientèle la plus large possible. Mais c’est vrai que nous privilégions de façon très claire les gens qui sont sensibles à l’effet prix du voyage aérien. Je m’explique : si vous offrez à des clients nouveaux des prix plus bas pour le transport aérien, ils vont dépenser leur argent sur place. Et ils vont dépenser même un peu plus. C’est sur cet effet que nous voulons rebondir. Bien entendu nous avons des clients qui vont aller dans des hôtels et nous avons des clients qui iront dans des pensions de famille.”

Marc Rochet est persuadé qu’avec la baisse des prix opérée par French Bee, le trafic va croître “presque de façon automatique. A la Réunion où nous opérons depuis un an, le trafic a cru de 20%. On va essayer de faire aussi bien sinon mieux en Polynésie.”

L’aéroport de dégagement le plus proche est celui des îles Cook. Un souci pour French Bee comme pour d’autres compagnies. “Aller jusqu’aux îles Cook en cas d’impossibilité de se poser à Faa’a (…) nous oblige à emporter pour un A350 environ 9 tonnes de pétrole de plus et pour emporter ces 9 tonnes nous allons consommer 3 tonnes. C’est-à-dire que nous allons polluer un peu plus, que cela va coûter cher et que cela est contradictoire avec la démarche de tout le monde.” Marc Rochet a discuté de la mise en place d’un aéroport de dégagement en Polynésie.
Rangiroa serait envisagé. “Nous sommes prêts à contribuer s’il faut acheter un tracteur de piste, des passerelles, s’il faut participer en commun à tout ce que nécessite l’environnement pour traiter un appareil de cette taille…”

Rédaction web 

 

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Demande de radiation de Michel Buillard : le juge...

Michel Buillard a-t-il pour résidence réelle une habitation de Papeete ? C’est la question sur laquelle doit se prononcer le juge du contentieux électoral. Trois...

T-Unit : graphiste, DJ et organisateur d’événements au grand...

“Le rythme n’est pas une mesure : c’est une vision du monde”, écrivait le poète mexicain Octavio Paz. Pour trouver son rythme, Ta’urama Gestas est...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X