fbpx
mardi 10 décembre 2019
A VOIR

|

Vidéo – Engie Services et Polydiesel, toujours en grève, menacent de durcir le mouvement

Publié le

Publié le 16/11/2017 à 16:20 - Mise à jour le 16/11/2017 à 16:20
Lecture 2 minutes

Plusieurs salariés avaient entamé un mouvement de grève en même temps qu’EDT, mais n’avaient pas signé le protocole d’accord.  “Dans le groupe ENGIE, il y a plusieurs sociétés : EDT, Engie services (qui est ex Cofely), et Polyndiesel. EDT a signé, mais pas Polydiesel, ni Engie services”, explique Gisèle Teheiura de la CSIP. 

Un huissier est venu tôt, ce vendredi matin, constater le blocage de l’entrée d’Engie Services. La société emploie 160 salariés. Ils étaient une trentaine sur le piquet de grève installé dans la vallée de la Punaruu. “C’est un avertissement, pour demander à la direction de négocier parce que nous convoquer et ne pas négocier ça ne sert à rien”. Mais, fort de ce constat d’huissier,la direction a déposé dans l’après-midi de vendredi une requête en référé pour “entrave illégale au travail”. Le tribunal de première instance pourrait statuer dès lundi. A moins que, d’ici là, les négociations aboutissent.

Les grévistes réclament le paiement de leurs heures supplémentaires et l’instauration d’un réel dialogue social… “Ce qu’on réclame c’est de faire respecter la réglementation sur les heures supplémentaires. Depuis des années, le personnel de Engie services et Polydiesel font énormément d’heures supplémentaires qui, pour certains, n’ont jamais été payées et pour d’autres ont été payées, mais dont les modalités restent à faire respecter.” 

Sur le site de Polydiesel, qui emploie 47 salariés, mêmes revendications… La CSIP annonce d’autres mouvements… “Si monsieur De Chillaz veut continuer à tirer les ficelles et à bloquer les revendications de Engie services et Polydiesel, s’il veut qu’EDT retourne à la grève, il n’y a aucun problème”. 

Par ailleurs, la CSIP a également déposé un préavis à la Cuisine centrale. Les revendications concernent en grande majorité les salaires. Un préavis a aussi été déposé à La Dépêche de Tahiti. Ce dernier a également été co-signé par O oe To oe Rima. Si la direction de la Dépêche et les salariés ne trouvent pas un accord, la grève sera effective mercredi prochain à minuit.
 

Rédaction web avec Laure Philiber 

Gisèle Teheiura de la CSIP

Fruits et légumes : la guerre des marges

Les maraîchers du fenua tirent la sonnette d’alarme. Le 15 février de cette année, sans concertation avec les producteurs, le gouvernement retire tous les fruits et légumes de la liste des PPN et des PGC, à la demande de la fédération générale du commerce. Chaque commerçant devient donc libre de fixer ses prix. Deux syndicats agricoles demandent au gouvernement des marges réglementées pour sauver l’agriculture locale.

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X