mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Vidéo – Don d’organes : des refus encore trop nombreux

Publié le

Publié le 20/06/2018 à 7:45 - Mise à jour le 20/06/2018 à 7:45
Lecture 2 minutes

En Polynésie, le taux de refus de don d’organes est de 60 %, soit près du double par rapport à la métropole. Nous avons encore du mal à en parler ici au fenua, est-ce vrai ?

On a du mal à en parler, on a du mal à comprendre surtout pourquoi il y a un tel taux de refus qu’on n’arrive pas à faire baisser. Certes, l’activité est très récente ça ne fait que quatre ans. En métropole, la transplantation existe depuis plus de 30 ans. Ici, c’est une problématique qui est très récente…

Quels sont les freins aux dons d’organe ?

Les freins sont tout d’abord la peur de transgresser des tabous qui, en fait, n’existent pas. Localement, il n’y pas d’opposition, aussi bien culturelle qui religieuse. Je pense que, comme c’est une problématique très récente, les gens n’ont pas eu encore le temps d’y réfléchir. Cela fait beaucoup partie de l’affect de chacun.

La première transplantation a eu lieu en 2013 sur le territoire. Quels sont les chiffres dont nous disposons aujourd’hui concernant le don d’organes ? 

On dit que cela fait cinq ans mais en fait, on a démarré en octobre 2013 donc ça fait plutôt quatre ans… Actuellement, on est à 81 graffes rénales pratiquées sur le territoire. Je ne sais pas si les gens réalisent mais sur les 18 années qui se sont écoulées, on a fait 90 greffes en métropole. Depuis qu’on a créé l’activité ici au fenua, il y a eu quatre fois plus de patients transplantés…

Mais la liste d’attente est encore longue…

La liste d’attente bien sûr, elle est encore longue : 150 patients à peu près. Le corollaire c’est qu’on prend en charge à peu près 38 patients en plus, en dialyse. Sur ces 38 nouveaux patients, il faut essayer d’en greffer le maximum. L’objectif initial était de 15 à 20 greffes par an. Mais, en fait, pour rendre vraiment service à la population, il faudrait faire 25 à 30 greffes par an. Au final, si le taux de refus était moindre, on arriverait largement à cet objectif.

 

LE PROGRAMME

Vendredi 22 juin

– 9 heures : célébration oecuménique à l’attention des donneurs et de leur famille, dans le hall du centre hospitalier de Polynésie française;
– 10 heures : remise des prix du challenge « Be a hero » de rameur indoor;
– Tout au long de la journée : stand d’information sur le don d’organes des associations, exposition, témoignages et rencontre avec des greffés et des proches de donneurs. 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un superyacht dans le port de Papeete

Revêtu d’un manteau blanc éclatant, il n’est pas passé inaperçu dans le port de Papeete. Arrivé hier du Mexique, le superyacht de 110 mètres de long marque le grand retour des navires de plaisance étrangers après plusieurs mois de crise.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV