mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Vidéo – Devenir son propre patron : le portrait de Tiana Valencourt

Publié le

Publié le 27/01/2019 à 14:50 - Mise à jour le 27/01/2019 à 14:50
Lecture 3 minutes

La 7e édition du forum de la micro entreprise : “Mon Patron, c’est moi !” aura lieu les 12 et 13 février à l’assemblée de la Polynésie.  
L’événement s’adresse aux demandeurs d’emploi, porteurs de projets, et aux jeunes entrepreneurs. L’objectif : impulser de manière concrète la création d’activités et d’entreprises individuelles et familiales.
Pendant deux jours et en un seul et même lieu, il sera possible de s’informer sur les démarches, les formations, les dispositifs d’aide et d’accompagnement et les solutions de financements existants pour la création d’entreprises.

Au fenua, ils sont de plus en plus nombreux à sauter le pas. Selon l’institut de la statistique, les créations d’entreprises ont fait un bon de 129% en décembre 2018. 
 

> “J’ai voulu faire quelque chose de mes mains”

En vidéo, l’interview de Tiana Valencourt, créatrice de Maison Valencourt

Tiana Valencourt a monté sa propre entreprise de création de bijoux il y a déjà 3 ans. “J’ai toujours voulu faire quelque chose de mes mains, être vraiment créatrice. Je trouvais qu’il y avait quelque chose qui manquait, je voulais faire des bijoux fins et je me suis lancée dans les bijoux avec des keshis principalement. Je voulais créer des bijoux pour moi d’abord et au fur et à mesure ça s’est transformé en petit business.”

La jeune femme de 29 ans a fait ses études et travaillé en métropole. A son retour en Polynésie où elle a grandi, elle ne trouve pas de travail dans sa branche. Elle décide donc de se lancer dans la création de bijoux : “C’est un grand pas à sauter de se dire qu’on va être son propre patron” Tiana ne vie pas encore complètement de ses créations, mais son entreprise grandit un peu plus chaque année. “J’ai un autre travail à côté. Ça me permet d’investir dans cette entreprise. Je n’ai pas encore fait de prêt. Je me débrouille comme ça et j’ai la chance d’avoir un autre travail.” 

 

> De l’organisation et de la rigueur

Pour elle, deux qualités sont indispensables à la création d’entreprises : “De l’organisation parce qu’on gère notre emploi du temps seul. Et de la rigueur… Souvent mes amis vont à la plage, sortent et moi je suis là, je travaille. Je pense que ce sont les deux plus grandes qualités. Il faut être aussi multi-casquettes.”

Être son propre patron à des avantages incontestables : “on travaille à notre rythme, on décide du sort de notre entreprise, de comment on va gérer notre journée, notre temps et de comment on va développer notre entreprise.”
Mais il y a aussi des inconvénients : “ça peut être onéreux, et on doute souvent, on se remet beaucoup en question même si ça, ça peut aussi être un avantage.” 

Pour ceux qui souhaitent se lancer, le rendez-vous est donné les 12 et 13 février à l’assemblée de la Polynésie. 

 

Rédaction web (Interview Naea Bennett)

Le programme du 7e Forum de la micro entreprise

Les deux journées de Forum seront retransmises en streaming par TNTV. 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.