jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

Vidéo – Christophe Plée : « La Polynésie va rentrer dans la grande famille du Pacifique sud »

Publié le

Publié le 15/03/2018 à 8:45 - Mise à jour le 15/03/2018 à 8:45
Lecture 2 minutes

16 Pays participeront à ces journées. Les thématiques abordées seront le transport aérien et maritime, le tourisme régional et enfin la thématique du digital.

Chacune des délégations, composée d’un représentant politique, de la chambre de commerce et du secteur privé, pourra échanger à travers des séances plénières des conférences débats ou encore des rencontres entre chefs d’entreprises.

Le président de la représentation patronale du Pacifique sud, Christophe Plée, répond aux questions de Sam Teinaore.

Comment est-ce que la Polynésie française pourrait développer son économie grâce à cette entité ?

D’abord, la Polynésie va rentrer dans la régionalisation. Elle va rentrer dans la grande famille du Pacifique sud puisqu’elle va recevoir pas moins de 12 ministres des pays qui nous entourent, des présidents de pays et chambres de commerce. 80 personnes arrivent en Polynésie lundi soir et vont rester pendant trois jours pour discuter avec les chefs d’entreprise polynésiens et les autorités.

Quel est l’intérêt pour ces patrons de se rencontrer alors qu’ils sont un peu concurrents dans la zone ?

Nous ne sommes pas forcément concurrents. Sur les 16 pays qui viennent, de la Papouasie Nouvelle-Guinée jusqu’aux îles Vanuatu et Fidji, tous ces gens-là ont des problématiques : fret, tourisme, transports aériens… Beaucoup de ces pays sont des îles. Nous avons des problématiques communes. Forcément, les chefs d’entreprises sont intéressés par l’échange, apprendre à se connaître et peut-être mutualiser les moyens…

Certains pays n’ont pas les mêmes niveaux de richesse. Comment chacun pourrait s’entraider ?

Evidemment, il y a deux gros pays qui sont la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Ils seront là. Mais tous les autres, nous avons des problématiques : on pourrait mutualiser du transport, des productions, on pourrait imaginer faire des productions communes. Par contre, il faut régler un certain nombre de problèmes. Tout cela va être développer lors de ces conférences débats qui vont avoir lieu pendant trois jours.

Comment attirer les patrons polynésiens ?

Beaucoup d’entre eux ont déjà rendez-vous des invitations mais il reste encore de la place pour assister à ces conférences ou tout simplement venir échanger. Il y a 16 pays qui sont là. Pour les entrepreneurs polynésiens, l’intérêt est de venir échanger, ne serait-ce qu’une carte de visite ou venir écouter les débats. Je pense que c’est une opportunité que nous n’avons jamais vu en Polynésie de mémoire de chef d’entreprise. 
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV