vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Vidéo – À Manihi, le jeune Joan a trouvé sa voie dans les fermes perlicoles

Publié le

Publié le 02/01/2019 à 9:04 - Mise à jour le 02/01/2019 à 9:04
Lecture 2 minutes

Joan Tataoa vient de Temauri Village, un quartier bien connu de Titioro à Tahiti. Il y a un peu plus d’un an, le jeune homme a décidé de partir aux Tuamotu à Manihi pour travailler dans une ferme perlicole. Un changement radical pour ce jeune homme de 19 ans qui n’allait pas souvent à la mer à Tahiti. Sa spécialité est d’ailleurs devenue la plongée en apnée entre les stations. « J’ai plus appris ici qu’à Papeete, où je ne travaillais pas, je ne faisais rien de mes journées. J’ai appris des nouvelles choses, sur les nacres » confie Joan.

Le métier de la nacre est très fatiguant. Les gérants de ferme doivent aller vite afin de pouvoir rentabiliser leur production. Pour cela, ils embauchent donc uniquement ceux qui veulent apprendre et qui n’ont aucun mal à travailler en groupe. Joan a réussi le test depuis le début de l’année 2018 et est actuellement en formation accélérée avec les plus anciens. Et malgré le rythme soutenu de l’activité, il impressionne ses formateurs par son courage.

« S’il continue sur cette voie, il deviendra vite polyvalent, et il pourra tout faire tout seul. J’en ai formé beaucoup en 15 années de carrière, j’en ai vu qui n’étaient pas faits pour ce métier. Joan, lui, c’est un bon. En plus, il n’a peur de rien » explique John Raveino, travailleur de la nacre. « Comme je suis nouveau, j’écoute les anciens. J’apprends à leurs côtés » ajoute Joan.

Joan est comme un poisson dans l’eau dans sa nouvelle vie à Manihi. Un an après son départ de Papeete, il semble même enfin avoir trouvé sa voie : « Je gagne ma vie, j’ai un salaire… Ma vie est cool. J’ai même une petite amie ! ». Le temps où il jouait au futsal avec ses copains du quartier pour tuer le temps semble déjà loin. Joan a trouvé un moyen de s’en sortir, et il veut le faire savoir à ses amis de Titioro : « Venez dans les îles, il y a du boulot ! N’ayez pas peur de quitter votre famille, même si c’est dur. Je ne regrette pas d’être venu, je n’ai plus envie de retourner à Tahiti »

Le jeune homme sait que la route est encore longue et semée d’embûches, mais au-delà du salaire à chaque fin de mois, il s’est découvert une vraie passion. Dans quelques années, il aimerait devenir greffeur, le poste le plus gratifiant en perliculture.
 

Rédaction web avec Ingrid et André Vohi

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV