mardi 2 mars 2021
A VOIR

|

Vespa, un goût d’Italie à Tahiti

Publié le

Elle a traversé les époques et les frontières depuis l’Italie. La Vespa reste l’un des deux roues privilégié en Polynésie. L’association Classic Vespa Team a réuni une vingtaine de passionnés de l’engin, ce matin pour un tour de l’île

Publié le 05/01/2020 à 13:15 - Mise à jour le 06/01/2020 à 12:32
Lecture 2 minutes

Elle a traversé les époques et les frontières depuis l’Italie. La Vespa reste l’un des deux roues privilégié en Polynésie. L’association Classic Vespa Team a réuni une vingtaine de passionnés de l’engin, ce matin pour un tour de l’île

« A l’époque déjà, en 60 c’était Vespa. J’ai eu ma première Vespa le 5 juin 1960. C’est pas jeune tout ça ! », lance Victor Maraeauria passionné et membre de l’association.

La Vespa, la guêpe en italien, est devenu un symbole en Polynésie. Le deux roues a séduit les usagers de la route dès 1948 à Tahiti. Et cet engin du quotidien n’a cessé depuis de rouler sur les routes du fenua. La vespa, c’est un bruit, une allure unique.

Crédit Tahiti Nui Télévision

Plusieurs modèles et de différentes cylindrées ont été importées. De la primavera des années 60, à la PX en passant par les modèles plus récents, la Vespa séduit toujours les adeptes du deux roues.  Le président de l’association Classic vespa Team, Marcel Nagatata, possède une petite collection : « Moi j’ai 10 Vespa. Spring, Primavera… »

La Vespa italienne s’est aussi transformée sous les tropiques, au style de vie polynésien. Chrome et moteur ciré, peinture personnalisée, certains sortent du lot.

« Je suis fan de ma Vespa. (…) C’est une 125 de Piaggio (…) Je l’ai faite à mon goût à moi, raconte Francisco Teriihopuare. C’est la liberté, tu as les cheveux au vent, tu roules aéré (…) Il faut savoir la manipuler. »

Crédit Tahiti Nui Télévision

Ces adeptes de veille mécanique trouvent sans grande difficulté les pièces dans les magasins spécialisés, ou par le bouche à oreille. Certaines de ces vespas roulent depuis 40 ans et elles comptent encore avaler les kilomètres.

infos coronavirus