samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Vers une sécurisation de la carte nationale d’identité.

Publié le

Publié le 17/03/2017 à 17:38 - Mise à jour le 17/03/2017 à 17:38
Lecture < 1 min.

À compter du 29 mars 2017, les demandes de carte nationale d’identité (CNI) seront traitées selon  la même procédure que celles en vigueur pour les passeports biométriques. Désormais, pour obtenir une CNI, quelle que soit la commune où vous résidez,  il faudra vous adresser auprès d’une des 12 mairies possédant le matériel nécessaire pour recueillir les empreintes digitales. Les communes équipées en Polynésie française sont : Arue, Pirae, Papeete, Faa’a, Punaauia, Taiarapu-Est, Uturoa, Tubuai, Rangiroa, Hiva Oa, Moorea et Bora Bora. Mahina et Paea seront les deux prochaines communes à s’équiper du matériel nécessaire pour recueillir les empreintes digitales.
 
Ces nouvelles modalités permettront de sécuriser la carte nationale d’identité.

Pour les habitants des îles dépourvues de ces équipements, des agents du Haut-commissariat effectueront, à intervalles réguliers, des missions de proximité pour traiter les demandes et délivrer les titres au moyen d’appareils mobiles sans que l’usager n’ait à se déplacer. De plus, ces communes pourront s’équiper de points numériques pour assister les usagers dans cette démarche, l’Etat accompagnant financièrement cette mise en place.

Enfin, un système de pré-demande en ligne sera prochainement opérationnel pour pouvoir effectuer les demandes de CNI par internet et limiter ainsi le temps d’attente au guichet. Il faudra toutefois se rendre au guichet de l’une des 12 mairies équipées pour la prise d’empreintes digitales.

Rédaction Web avec communiqué de presse

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.