mardi 11 août 2020
A VOIR

|

Venue d’Obama : quel impact pour la destination polynésienne ?

Publié le

Publié le 15/03/2017 à 17:56 - Mise à jour le 15/03/2017 à 17:56
Lecture 3 minutes

La venue de l’ancien Président des États-Unis d’Amérique en Polynésie, pourtant confidentielle, n’est pas passée inaperçue. Elle fait le sujet de centaines d’articles dans les médias internationaux. C’est une manière indirecte de faire la promotion de notre destination car même après son mandat présidentiel, Barack Obama reste l’un des hommes les plus populaires de la planète.
 
« Ca nous donne une belle visibilité », confie la directrice des opérations internationales du GIE Tahiti tourisme, Gina Bunton. « Certains médias à l’international ont déjà commencé à parler de son arrivée de son séjour ici. Ca ne peut que être positif en terme de visibilité et on ne peut que se réjouir de sa présence en espérant qu’il passera un très bon séjour chez nous ».
 
Mais la médiatisation de son séjour, n’est pourtant pas forcément bonne pour la chaîne hôtelière pour qui, la discrétion fait partie des services proposés à sa clientèle. « Il est en vacances et comme toute personne, célébrité ou autre, il recherche un endroit pour se poser, un endroit calme », selon Gina Bunton. Pour Faauura Bouteau artisane au marché de Papeete qui côtoie au quotidien des touristes, dans le cas d’une célébrité en vacance au fenua, c’est en la laissant tranquille que nous gardons cet accueil polynésien.
 
« On sait encore recevoir les touristes. Concernant Barack Obama, on sait aussi le recevoir en le laissant tranquille. Qu’il soit en paix s’il est venu pour ça qu’on le laisse tranquille, qu’on ne se déplace pas pour aller l’embêter, c’est ça accueillir pour moi ».

Au-delà de nos beaux paysages, le calme, la paix et la sécurité sont également les atouts non négligeables de notre destination. Et pour Fauura Bouteau, le fait que Barack Obama ait choisi la Polynésie pour destination et pour une longue durée est une preuve « qu’on est un pays de paix ». « Il est là pour un mois, comparer à deux jours c’est énorme ! Ca veut dire qu’il est vraiement en confiance chez nous. De plus, à Tetiaroa, on peut passer inaperçu car ce n’est pas tout le monde qui peut allé là-bas ».
 
Réputée pour sa somptuosité, l’hôtel The Brando compte actuellement 5 étoiles et la nuitée coûte 200 000 Fcfp minimum. Une grande aubaine donc pour l’hôtel avant tout mais aussi pour l’économie du fenua.
 
« Le marché US c’est notre 1er marché émetteur ça représente environ 39% de nos visiteurs au total », précise Gina Bunton. « L’année dernière on a terminé à 37 908 touristes américains. C’était une augmentation d’environ 6%. C’est un marché qui continu à augmenter depuis plusieurs années. De plus, avec le dollar US qui est fort ça nous aide beaucoup également parce que s’ils ont une monnaie forte, ils ont un pouvoir d’achat plus fort. Ils peuvent donc se permettre de voyager et de venir vers des destinations qui sont un peu plus coûteuse pour eux ».

 
Bien que le programme de Barack Obama soit tenu confidentiel, il se pourrait qu’il rencontre le gouvernement du Pays dans les jours qui viennent.

Rédaction Web avec Matahi Tutavae et Esther Parau

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Embellissement du marae Nuutere à Vairao

Le marae de Nuutere à Vairao fait peau neuve ! Un concours du plus beau jardin fleuri met en compétition une quinzaine de jeunes bénéficiaires de la convention de solidarité du Pays. Ils ont été formés à l’embellissement de ce site culturel par l’association Te u’i no te oaoa de Vairao.

Affaires de terre : le casse-tête des ayants-droit

S’attendant à la venue de centaines de personnes, le tribunal avait dépêché des agents d’accueil et renforcé les effectifs de sécurité. On...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV