mardi 27 octobre 2020
A VOIR

|

Vent de grogne contre la construction d’une ferme perlière à Taputapuatea

Publié le

RAIATEA - Le projet de construction d’une ferme perlière dans le district de Fareatai attise la colère des propriétaires terriens et de certains habitants. Les contestataires reprochent aux différents services ayant instruit le dossier d’avoir bâclé leur travail. Ils sont même allés jusqu’à bloquer l’accès qui mène vers le bord de mer où est prévue l’implantation de la ferme perlière.

Publié le 26/05/2019 à 12:56 - Mise à jour le 20/06/2019 à 11:26
Lecture 2 minutes

RAIATEA - Le projet de construction d’une ferme perlière dans le district de Fareatai attise la colère des propriétaires terriens et de certains habitants. Les contestataires reprochent aux différents services ayant instruit le dossier d’avoir bâclé leur travail. Ils sont même allés jusqu’à bloquer l’accès qui mène vers le bord de mer où est prévue l’implantation de la ferme perlière.

Déçus du manque de concertation et de considération, les propriétaires et riverains du village de Fareatai dans la commune de Taputapuatea ont décidé d’interdire l’accès à la servitude privée qui donne accès à la plage : celle qu’un porteur de projet veut emprunter pour se rendre en bord de mer, là où il compte construire un ponton de 120 mètres de long et un fare de près de 100 mètres carrés pour travailler la perle.

« Si aujourd’hui, ce projet est accepté, cela veut dire que demain, je ne serai pas propriétaire. Je viendrais devant chez toi et je vais mettre en place n’importe quel projet : un hôtel, un CET… n’importe quoi, et on va l’accepter parce que j’ai monté ce projet ? Si c’en est ainsi, je vais vous dire ce qu’il va se passer, cela va être la révolution, cela va être la guerre publique, parce qu’on ne peut pas faire ça. Il faut respecter les propriétaires terriens » s’insurge Gilles Tefaatau, propriétaire terrien à Fareatai.

Le porteur de projet s’étonne de toute cette agitation, d’autant qu’il affirme avoir suivi les démarches administratives que lui imposent les services du Pays. « Suite à l’amendement de la constitution maritime de la ressource marine, j’ai fourni tout ce qu’on m’a demandé et aujourd’hui, mon projet a abouti et cela a été validé par le Ministère des Ressources marines » nous dit Elvis Ueva Paia, porteur du projet de la ferme perlière.

« C’est un bail que je dirai bidon et sur lequel les services de la pêche se sont basés pour instruire ce dossier. Tous les propriétaires, nous disons non. Nous bloquerons l’accès » ajoute Gilles Tefaatau. Inquiets des contraintes que pourrait entraîner ce projet, près de 100 signataires ont contesté la construction de cette ferme perlière. « Cela va polluer et j’ai entendu  direaux Tuamotu que cela polluait quelques îles déjà. Et maintenant, ils emmènent leur projet ici. Je ne veux pas ça » nous dit Fabrice Tefaaite, habitant de Fareatai.

« Je continue, je ne vais pas m’arrêter. Dès que j’ai les moyens que j’attends pour la financer, je ferai ma ferme perlière » renchérit de son côté Elvis Ueva Paia.

Les propriétaires terriens ne comptent en tous les cas pas en rester là, tous sont prêts à faire le pied de grue pour s’assurer que personne ne touche à ce lagon…

REPORTAGERony Mou-Fat

infos coronavirus

Covid-19 : les salles de sport « sacrifiées » estime Christian Wang Sang

"C'est injuste." "C'est révoltant." Les gérants de salles de sport sont dépités. Alors qu'ils traînent encore des séquelles financières du confinement, c’est...

Covid-19 : Manutea Gay « demande à chacun de se rendre responsable »

Manutea Gay, le responsable de la plateforme covid-19, était notre invité en plateau lundi soir. Il indique que "les messages qui ont été diffusés jusqu’à aujourd’hui ont fait leur temps, il est nécessaire de passer à autre chose", et "demande à chacun de se rendre responsable à titre individuel" face à la pandémie.

Covid-19 : le tourisme mondial en baisse de 70% entre janvier et août

Les arrivées de touristes internationaux ont chuté de 70% dans le monde sur les huit premiers mois de 2020 par rapport à l'année précédente, sous l'effet de la pandémie de Covid-19, a annoncé mardi l'Organisation mondiale du tourisme (OMT).