vendredi 20 mai 2022
A VOIR

|

Vaimalama : petite histoire d’un prénom de Miss

Publié le

Publié le 18/12/2018 à 15:16 - Mise à jour le 07/02/2020 à 10:35
Lecture 2 minutes

Vaimalama. Depuis son sacre de Miss France, son prénom ne cesse de faire la Une des médias. Certains ont même déjà adopter le diminutif “Vai” pour s’adresser à elle.
Mais ce prénom d’origine wallisienne, qui peut se traduire par “eau lumineuse”, a sa petite histoire, que son grand-père maternel, Thaddée Hoatau, a bien voulu nous raconter.
“Je me suis permis de lui donner ce prénom, tout simplement parce que ça me faisait penser à ma maman, qui s’appelle Vaimalama, confie celui qui a également été président du CESC en 1998. Je me suis fait plaisir en lui attribuant ce prénom, car ça me ramenait un peu chez moi…”
  
Ce Wallisien n’aura pas vécu longtemps sur son île. Parti en Nouvelle-Calédonie dès l’âge de 11 ans afin d’y poursuivre ses études, il a ensuite continué son bout de chemin jusqu’à Tahiti, où il a épousé une Tahitienne, Maria Dauphin, de son nom de jeune fille. “Avoir été expatrié en Nouvelle-Calédonie fait qu’il y a une partie de mon histoire qui m’échappe.” Transmettre le prénom de sa mère était pour lui une façon de se rapprocher de ses origines.
 
Quant à savoir si les deux Vaimalama se ressemblent, physiquement “pas trop”, affirme Thaddée. “Le métissage a joué du côté de notre petite-fille”, venant éclairer sa couleur de peau. “Alors que ma mère est bronzée comme moi”, dit-il dans un sourire. “Maintenant, est-ce qu’il y a une similitude à un autre niveau ?, poursuit-il. Je ne saurai faire de comparaison dans ce sens-là, j’ai quitté mon île à un âge où je n’avais pas encore conscience du caractère de chacun. Mais je peux parler du caractère de ma petite-fille. C’est une fille assez franche, c’est une fille qui sait ce qu’elle veut, et même si elle sait que ça lui retombe dessus, elle dit quand même ce qu’elle a envie !”

Une fille qui a, sans nul doute devant elle, un avenir aussi lumineux que son prénom.
 

Rédaction web, avec Sam Teinaore et Jeanne Tinorua-Tehuritaua

infos coronavirus