A VOIR

|

Vai Mane’e : une piscine mobile fait la tournée des communes

Publié le

La fédération tahitienne de natation lance son projet Vai Mane’e : un bassin mobile qui s’installera temporairement dans chaque commune de Tahiti. Objectif : permettre aux Polynésiens à pratiquer ou à découvrir la natation bien qu’ils soient éloignés des lieux de pratique. Ce projet touchera en premier les écoles mais aussi les quartiers pour promouvoir la pratique physique.

Publié le 20/01/2022 à 17:23 - Mise à jour le 20/01/2022 à 17:24
Lecture 2 minutes

La fédération tahitienne de natation lance son projet Vai Mane’e : un bassin mobile qui s’installera temporairement dans chaque commune de Tahiti. Objectif : permettre aux Polynésiens à pratiquer ou à découvrir la natation bien qu’ils soient éloignés des lieux de pratique. Ce projet touchera en premier les écoles mais aussi les quartiers pour promouvoir la pratique physique.

Rien de mieux que d’apprendre à nager dans son école. À l’école maternelle Hitimahana, un bassin a été installé. Les enfants se familiarisent d’abord avec l’eau pour enlever toute appréhension dans le but de devenir autonome. Les enfants bénéficient de cours de natation tous les jours pendant 5 semaines. Un moyen plus rapide pour apprendre à nager. “Nous sortons une fois par semaine pour aller à la piscine et quelques fois il y a des difficultés de transport. Actuellement nous rencontrons aussi des difficultés pour avoir des parents accompagnateurs parce que la plupart n’ont pas de schéma vaccinal complet, explique la directrice Nathalie Bigorgne. Donc nous n’avons plus d’encadrants. Là nous avons du personnel à disposition et nous avons la piscine à disposition.”

Sylvain Avarguez est moniteur et maitre-nageur : “On leur apprend à se débrouiller au début et très vite on leur apprend à nager le crawl, le dos crawlé, à avoir une autonomie sur 5.6.7 mètres, même 10 pour les plus grands et pour pouvoir nager correctement.”

Au travers du Pisan, le programme d’insertion sociale par les activités de la Natation, dirigé pour les enfants issus des quartiers défavorisés, la fédération tahitienne a constaté que des centaines d’enfants ne savent pas nager alors que le lagon n’est jamais très loin… “L’accès à la mer devient de plus en plus difficile. Et quand il est possible, la qualité de l’eau n’est pas très bonne, estime le président de la fédération tahitienne de natation Michel Summers. Donc c’est pour ça qu’aujourd’hui on a mis en place ce projet. C’est tout à fait possible en 15-20 jours que l’enfant se sente bien dans l’eau. C’est le plus important. Et qu’on arrive à ne plus avoir ces épisodes dramatiques comme on a pu en avoir.”

Les matinées seront réservées aux groupes scolaires et périscolaire. Les après-midis et le samedi matin, ce sont les adultes qui profiteront de ce bassin pour entretenir leur santé. “C’est un concept qui plait parce que c’est la piscine qui vient à toi. Le projet qui est proposé par la fédération tahitienne de natation tombe à point nommé parce que nous avons dans notre plan de mandature de développer des activités de ce type là à destination des écoles et du grand public.”

À l’origine le bassin mobile reste pendant 5 semaines dans les communes mais le projet est victime de son succès : l’école maternelle de Hitimahana a demander une période supplémentaire.

Article précédent
Article suivant