mardi 24 novembre 2020
A VOIR

|

Vacances de la Toussaint : comment s’organisent les îles pour le retour de leurs élèves ?

Publié le

Les vacances de la Toussaint démarrent vendredi. Une partie des élèves rentreront dans leurs îles respectives, comme l’ont annoncé les autorités de l’Etat et du Pays la semaine dernière. Comment se préparent les îles, toujours en stade 1, alors que Tahiti et Moorea ont été placées en stade 4 ? À chacune sa stratégie.

Publié le 20/10/2020 à 9:54 - Mise à jour le 20/10/2020 à 10:20
Lecture 2 minutes

Les vacances de la Toussaint démarrent vendredi. Une partie des élèves rentreront dans leurs îles respectives, comme l’ont annoncé les autorités de l’Etat et du Pays la semaine dernière. Comment se préparent les îles, toujours en stade 1, alors que Tahiti et Moorea ont été placées en stade 4 ? À chacune sa stratégie.

Ils sont 1 300 élèves des îles actuellement scolarisés à Tahiti. Seule une petite partie rentrera dans sa famille durant les vacances de la Toussaint, les trajets étant entièrement à la charge des familles pour les petites vacances. Les élèves qui poursuivent leur scolarité dans les archipels seront bien plus nombreux à rentrer. À chaque île son organisation pour les accueillir sans que le virus circule, sachant que les îles demeurent au stade 1 de l’épidémie, alors que les îles du Vent sont passées au niveau 4.

« Tout le monde est confiné, parce qu’on n’a pas d’autre solution, assure Narii Tuanainai, maire de Rapa. Il y a quand même des fuites. On considère déjà qu’étant confiné sur Tubuai, au collège, on va compter qu’ils ont déjà fait une semaine de confinement. Deux jours de bateau, ça va faire 9 jours et deux jours de confinement ici, ça va faire 11 jours. »

À Rangiroa, le maire préfère prévenir que guérir. « À mon avis, il vaut mieux les laisser à Tahiti, sinon nous allons tous subir ce problème, indique Teina Maraeura. C’est inquiétant pour nous ici parce que nous n’avons pas les moyens matériels. Si la vingtaine d’élèves tombe malade, qu’allons-nous faire ? Et lorsqu’ils seront rapatriés, ils iront dans leurs familles et propageront la maladie. Cela va être ingérable. »

« Je ne ferai pas comme le tavana de Rairoa parce que j’estime que les parents veulent voir leurs enfants et nous n’avons que 3 élèves qui vont rentrer chez nous, précise Yseult Butcher, maire de Hao. Mon inquiétude d’aujourd’hui est surtout pour nos matahiapo se trouvant dans le village. Donc je demande quand même aux parents de faire très attention. »

A Ua Pou également, l’accent est mis sur la prévention et le rappel des mesures de précaution. « J’ai un dispositif de CAE sanitaire qui a démarré aujourd’hui à l’aéroport, confie le maire Joseph Kaiha. Dès l’arrivée des étudiants, que ce soit de Nuku Hiva, de Hiva Oa ou surtout de Papeete, un médecin sera là-bas, ainsi que la police municipale avec mon premier adjoint pour sensibiliser les jeunes à rester chez eux au moins une semaine. »

Ces vacances vont permettre aux îles d’affiner encore leurs dispositifs avant le retour des 1 300 élèves de Tahiti et Moorea, cette fois en effectif complet ou presque, aux vacances de Noël.

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.