vendredi 7 août 2020
A VOIR

|

Unijambiste, il marche pour sensibiliser à son sort

Publié le

Publié le 05/08/2016 à 15:52 - Mise à jour le 05/08/2016 à 15:52
Lecture 2 minutes

C’est un homme répondant au nom d’Auguste Maoni qui est à l’origine de cette marche. Ce père de famille aujourd’hui unijambiste souhaitait par ce geste, sensibiliser la population à toutes les difficultés qu’il rencontre au quotidien, lui mais aussi les 120 autres personnes amputées que compte la Polynésie.

Cette marche de 9 kilomètres entre Faa’a et Punaauia est un vrai parcours du combattant pour un unijambiste tel lui. Mais s’il l’a accomplie, c’est bien pour attirer le regard des passants  sur les nombreuses difficultés qu’il doit affronter dans sa vie de tous les jours.  Il a réussi à rallier à sa marche une dizaine de personnes parmi lesquels d’autres amputés. « C’est beau, c’est dingue » lâche t’il ému.

Cette marche c’est aussi le message de détresse d’un père de famille soucieux de l’avenir de son foyer. Un foyer qui ne vit désormais que grâce à la petite pension de retraite d’Auguste. Par cette action, il lance un appel aux généreux donateurs pour l’aider à financer l’achat d’un véhicule adapté à sa situation ou d’un kit spécial qui lui permettrait de piloter sa propre voiture pour qu’enfin il puisse se déplacer librement et subvenir aux besoins de sa petite famille. Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez contacter Auguste au 87 77 45 21.
 

Rédaction web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Coral Gardeners et Vaimalama Chaves : la Miss a adopté...

De retour au fenua, Vaimalama Chaves, Miss Tahiti 2018 et Miss France 2019, a rendu visite à l'association Coral Gardeners à Moorea, dont elle est ambassadrice, et a planté son corail baptisé "Fati".

Sécurité nautique : un week-end en mer sous contrôle

Des opérations de sensibilisation et de contrôle relatives à la sécurité nautique sont organisées ce week-end du 1er et 2 août dans les lagons et au large de Tahiti, Moorea et d’autres îles de Polynésie française.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV