vendredi 23 octobre 2020
A VOIR

|

Une vente de livres au kilo à Titioro

Publié le

VENTE - Contrainte de liquider un stock de plusieurs milliers de livres, une société d’imprimerie et d’édition a décidé de les vendre au kilo. Romans, livres pour enfants, ouvrages scolaires, il y en a pour tous les goûts. Ce qui a fait le bonheur des acheteurs venus faire de bonnes affaires ce matin.

Publié le 29/05/2019 à 12:50 - Mise à jour le 20/06/2019 à 9:56
Lecture < 1 min.

VENTE - Contrainte de liquider un stock de plusieurs milliers de livres, une société d’imprimerie et d’édition a décidé de les vendre au kilo. Romans, livres pour enfants, ouvrages scolaires, il y en a pour tous les goûts. Ce qui a fait le bonheur des acheteurs venus faire de bonnes affaires ce matin.

Dans le cadre de sa restructuration, une société de la vallée de Titioro doit se débarrasser de 8 000 à 10 000 livres. Un stock qui avait souffert de l’humidité, mais sans que les ouvrages ne soient trop abîmés. Et pour le liquider au plus vite, la direction a opté pour un procédé original : la vente des livres en gros, à 1 000 Fcfp le kilo.

« Nous nous sommes dits que ça serait sympa de faire profiter au maximum les gens. (…) Acheter des kilos de fraises, ça fait plaisir, acheter des kilos de livres, c’est pas mal aussi » explique Jean-Luc Bodinier, directeur commercial de SP3E.

Des enseignants, parents d’élèves ou simples amateurs de lecture se sont passé le mot pour profiter de l’aubaine. Et ils n’étaient pas déçus du déplacement. Classiques, romans policiers, guide de voyage, bandes dessinées, ou littérature pour enfants… l’offre est variée.

Et l’entreprise, qui s’est inspirée de ce qui se fait en métropole, y trouve aussi son compte, à plusieurs titres : « C’est plus simple au niveau de la gestion, on a moins à référencer les livres, et puis, c’était une bonne idée au niveau de la communication » poursuit Jean-Luc Bodinier.

Pour les retardataires, sachez que l’opération se poursuit vendredi 31 mai, de 8 heures à 12 heures, et de 13 heures 30 à 17 heures, à l’entrepôt SP3E.

REPORTAGEJ-B. Calvas

infos coronavirus