jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Une Toussaint sans chrysanthèmes ?

Publié le

Les chrysanthèmes pourraient ne pas fleurir les tombes du fenua à la prochaine Toussaint. Les horticulteurs ont encore deux semaines pour effectuer leurs commandes aux Etats-Unis. Mais sans l’assurance d’un rétablissement des liaisons aériennes, le risque est trop important.

Publié le 19/05/2020 à 14:10 - Mise à jour le 19/05/2020 à 14:11
Lecture 2 minutes

Les chrysanthèmes pourraient ne pas fleurir les tombes du fenua à la prochaine Toussaint. Les horticulteurs ont encore deux semaines pour effectuer leurs commandes aux Etats-Unis. Mais sans l’assurance d’un rétablissement des liaisons aériennes, le risque est trop important.

Pas de chrysanthèmes à la Toussaint. Cela pourrait être le titre d’une chanson triste. Celle de la fin d’une tradition qui date du siècle dernier. « Cela pourrait »… au conditionnel, car les deux prochaines semaines seront décisives.

Depuis 20 ans qu’elle vend des chrysanthèmes, Mareva Hapairai, horticultrice, en est bien consciente : si elle veut pouvoir planter mi-juillet, comme chaque année, elle ne doit pas tarder à passer commande aux Etats-Unis.

« J’ai deux semaines pour donner ma réponse. Maintenant tout dépend des vols. Hier soir encore je n’ai pas dormi parce que les chrysanthèmes, c’est quand même ma réserve pour payer mes travailleurs et pour mes dépenses. Ça peut m’aider pour 3 à 5 mois. »

Passer commande maintenant, sans avoir l’assurance de la réouverture des liaisons aériennes : le risque est trop élevé. D’autant plus que Mareva n’a eu aucune rentrée d’argent pendant le confinement… « J’ai peur de commander et que les plantes n’arrivent pas. Parce que même si ça n’arrive pas, tu es obligé de payer quand même. Tu places ta commande, tu payes. »

Et même en imaginant le scénario le plus optimiste, Mareva ne pourra commander qu’en petite
quantité, et réfléchir à d’autres options.

« Des amis qui font les fleurs, je les ai prévenus que ce n’est pas sûr qu’on va avoir les chrysanthèmes, alors s’il vous plaît, plantez des opuhi, des oiseaux de paradis, des œillets d’Inde. Moi je suis en train de voir ce que je peux faire et pour le moment j’ai mes anthuriums, que je pourrais peut-être vendre à la Toussaint. »

Rompre avec la tradition après tant d’années n’est pas facile, mais Mareva préfère relativiser : « Il y en a beaucoup qui ont perdu leur travail, des sociétés qui ont fait faillite… je ne suis pas à plaindre, si cette année on ne fait pas, on ne fait pas… »

Pour l’anecdote, il n’y a qu’en France où le chrysanthème est associé au deuil et à la Toussaint. On ne le sait pas forcément, mais dans le langage des fleurs, le chrysanthème symbolise… l’optimisme, et la joie.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV