dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Une semaine pour s’attaquer au diabète

Publié le

La direction de la Santé se mobilise autour de la journée mondiale du diabète, qui se déroule chaque année le 14 novembre. Ainsi, du 9 au 15 novembre, tous les Polynésiens seront encouragés à adopter un mode de vie sain pour prévenir du diabète et être plus fort contre la covid-19.

Publié le 04/11/2020 à 15:33 - Mise à jour le 04/11/2020 à 15:33
Lecture 2 minutes

La direction de la Santé se mobilise autour de la journée mondiale du diabète, qui se déroule chaque année le 14 novembre. Ainsi, du 9 au 15 novembre, tous les Polynésiens seront encouragés à adopter un mode de vie sain pour prévenir du diabète et être plus fort contre la covid-19.

Le diabète est une maladie grave, lourde de conséquences pour le patient et son entourage. Pourtant, de nombreux diabétiques ignorent encore ou négligent leur maladie. Mesurer le taux de sucre dans le sang est le moyen simple de dépister cette affection sournoise, silencieuse et indolore. Un diagnostic précoce permet de débuter plus tôt la prise en charge médicale de la maladie et d’éviter l’apparition de complications irréversibles qui peuvent toucher plusieurs organes : les reins, les yeux, le cœur, le système neurologique…

Le diabète est une maladie grave mais évitable en luttant contre les facteurs de risque que sont le surpoids et la sédentarité. Il faut adopter de saines habitudes de vie pour prévenir ou retarder l’apparition de la maladie.

L’Atlas du Diabète 2017 estime que la prévalence du diabète de type 2 en Polynésie française est de 22%, soit plus de 45 000 personnes atteintes de 20 à 79 ans dont 22 000 non encore diagnostiquées !

Covid-19 et prévalence du diabète en Polynésie : une combinaison inquiétante

En raison de la crise sanitaire exceptionnelle liée à la COVID-19, il est d’autant plus important de prendre soin de sa santé car les personnes souffrant de maladies chroniques comme le diabète, sont à risque de développer des formes sévères de Covid pouvant entrainer l’hospitalisation. En outre, il est essentiel que les personnes diabétiques n’interrompent pas leur prise en charge médicale et continuent à se rendre à leurs rendez-vous médicaux. Le diabète nécessite des soins et une surveillance régulière.

Les actions pour mobiliser la population

  • L’opération Caddie santé

Dans le but d’encourager la population à adopter de saines habitudes alimentaires, une opération caddie santé sera proposée dans les halls de grandes surfaces de Tahiti et Moorea le vendredi 13 novembre après-midi et le samedi 14 novembre au matin.
Des animateurs formés et des professionnels de santé proposeront aux clients de découvrir le contenu d’un caddie santé permettant d’élaborer des menus pour la semaine. Ils pourront repartir avec un livret de recettes équilibrées à partir de produits locaux.

  • Une campagne de communication

En parallèle de l’opération Caddie santé, une campagne de communication cross-média sera menée du lundi 2 novembre au dimanche 15 novembre (télévision, affichage, Internet) pour informer sur les facteurs de risque et inciter la population à adopter de saines habitudes de vie avec une alimentation équilibrée, une activité physique régulière, l’arrêt du tabac et la diminution de consommation d’alcool. En parallèle, la direction de la Santé insistera à travers des post Facebook sur la continuité des soins et l’importance de bien soigner ses pieds pour les personnes diabétiques.

TNTV proposera chaque soir, du lundi 9 novembre au jeudi 13 novembre, la diffusion d’un court métrage du projet Wake-up réalisé par des jeunes du Pacifique pour sensibiliser aux maladies liées au mode de vie.

infos coronavirus

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :