vendredi 19 août 2022
A VOIR

|

Une rentrée sereine malgré le variant Omicron

Publié le

Les enfants du premier degré reprendront le chemin de l’école lundi. La rentrée 2021-2022 avait mal débuté en août dernier, avec l'épidémie de covid. Aujourd'hui, malgré la présence du variant Omicron au fenua, la situation semble être sous contrôle. Mais les établissements sont préparés à toutes les éventualités, notamment aux absences des professeurs.

Publié le 07/01/2022 à 17:20 - Mise à jour le 08/01/2022 à 9:46
Lecture 2 minutes

Les enfants du premier degré reprendront le chemin de l’école lundi. La rentrée 2021-2022 avait mal débuté en août dernier, avec l'épidémie de covid. Aujourd'hui, malgré la présence du variant Omicron au fenua, la situation semble être sous contrôle. Mais les établissements sont préparés à toutes les éventualités, notamment aux absences des professeurs.

Malgré la présence du variant Omicron en Polynésie, le retour à l’école devrait se passer en toute sérénité. Les 50 000 élèves du premier degré retrouveront les bancs de l’école sur les bases du vade-mecum instauré en août dernier comme l’avance la directrice de l’école Fariimata, Carole Lefait : “cette rentrée se passera comme les autres rentrées, toujours avec les gestes barrières, la distanciation, tout le protocole avec les entrées et les sorties différenciées”.

Rien ne change donc du côté du respect des gestes barrières, mais les différentes directions devront certainement gérer les éventuelles absences du personnel et l’éternel casse-tête des remplacements : “au niveau des enseignants, en fonction de leur arrêt maladie que le médecin fourni, nous prévoyons un remplaçant”, affirme la directrice de l’école Fariimata, reconnaissant néanmoins qu’“avoir un remplaçant pour un enseignant, ce n’est pas pour tout de suite. Le temps que nous fassions les démarches administratives, ça peut prendre du temps”.

Lire aussi : Covid-19 : quel intérêt de vacciner les enfants de 12 à 17 ans ?

Du coté de l’Université de la Polynésie, qui opérera sa rentrée le 17 janvier, la gestion du corps professoral a été en partie épaulée par les nouvelles technologies. Un mode d’enseignement qui a permis de ne pas rompre le lien avec les élèves : “l’idée, c’est de faire un peu en numérique et un peu en présentiel, donc plutôt de la pédagogie hybride”, explique le président de l’établissement, Patrick Capolsini. “On veut capitaliser sur tout ce qu’on sait faire maintenant pour faire les choses plus sereinement et avoir une partie des enseignements en ligne”.

Après deux années de pression autour de la covid, le monde de l’éducation semble bien préparé pour faire face à une nouvelle année sous la menace de l’Omicron. Si la vaccination n’est toujours pas obligatoire pour les moins de 18 ans, certains établissements du second degrés continueront d’accueillir des vaccinodromes, a indiqué la ministre de l’éducation, Christelle Lehartel. “En ce qui concerne nos petits du primaire, ce sera à chaque parent de prendre la décision de faire vacciner son enfant ou pas, mais c’est fortement encouragé”, a rajouté la ministre lors de son intervention sur notre plateau.

infos coronavirus