vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Une rentrée pas comme les autres

Publié le

Publié le 29/01/2017 à 14:23 - Mise à jour le 29/01/2017 à 14:23
Lecture 2 minutes

Maîli Chatelin est institutrice à la primaire de l’école St Michel. Se rendant compte que certains de ses élèves, étaient particulièrement éprouvés par ce qu’ils avaient vécu ces derniers jours, elle a décidé de leur donner la parole afin qu’ils expriment leurs émotions.

« Ils ont du mal a exprimer leur ressenti au sein de la classe, donc ce matin, nous avons fait un débriefing sur tout ce qu’ils ont pu vivre. Et pour certain, ils ont du mal à s’en remettre. » 

Pas facile pour les enfants de s’exprimer. Certains ont les larmes aux bord des yeux et les mots difficiles à sortir. Comme Samual.

D’autres, s’ils n’ont pas trop souffert des inondations ont fait preuve de générosité envers les sinistrés, comme le relate Joyana

Gina Sengues, directrice de l’établissement approuve et soutient la démarche. « Ce matin lors de l’ouverture de l’école, j’ai réuni les enfants sous le préau, et après une prière, je les ai invité à s’exprimer en classe, avec leurs camarades et leur enseignant. C’est un temps de paroles important à leur donner. »

Si des enfants sont très touchés la directrice verra avec la direction de l’enseignement catholique afin de faire venir une psychologue scolaire pour soutenir les enfants qui le désirent.

Sur l’école St Michel, on estime à environ une trentaine de familles celles qui ont été durement touchées par les inondations. Avec l’association des parent d’élèves, la directrice espère pouvoir récolter du linge, des dons alimentaires qu’elle donnera aux associations qui se chargeront de distribuer les dons aux familles sinistrées de Pirae, commune qui n’a pas été épargnée par les inondations. Sans aucun doute, l’une des plus sinistrées.

 

Rédaction Web avec Manava Tepa et Juliano Tautu

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu