jeudi 17 octobre 2019
A VOIR

|

Une proposition de loi pour interdire le téléphone à l’école

Publié le

Publié le 12/12/2018 à 14:53 - Mise à jour le 12/12/2018 à 14:53
Lecture 3 minutes

Le téléphone portable est un outil devenu essentiel pour la plupart des élèves : ils ne le quittent quasiment jamais. Mais une proposition de loi du Pays veut encadrer son utilisation dans les écoles de Polynésie.

>>> Voir aussi : Vidéo – Facebook veut mieux combattre le harcèlement en ligne

Elle vise essentiellement trois objectifs :
– décrocher des écrans 
– se concentrer en classe : beaucoup d’élèves ne sont pas assez attentifs en classe, certains n’hésitant pas à passer leur temps à envoyer des SMS durant les cours.
– limiter le cyber-harcèlement : certains élèves seraient victimes de harcèlement scolaire et sont la cible de leurs camarades via les réseaux sociaux.

​La maternelle, le primaire, le collège et le lycée seraient concernés par cette proposition de loi à article unique : 
“L’utilisation d’un téléphone mobile ou de tout autre équipement terminal de communications électroniques par un élève est interdite dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires, les collèges et les lycées et pendant toute activité liée à l’enseignement qui se déroule à l’extérieur de leur enceinte, à l’exception des circonstances, notamment les usages pédagogiques, et des lieux dans lesquels le règlement intérieur l’autorise expressément.
L’interdiction prévue au présent article n’est pas applicable aux équipements utilisés par les élèves présentant un handicap ou un trouble de santé invalidant et requis par leur état de santé.
La méconnaissance des règles fixées en application du présent article peut entraîner la confiscation de l’appareil par un personnel de direction, d’enseignement, d’éducation ou de surveillance.
Le règlement intérieur fixe les modalités de la confiscation et de la restitution”
.

> “Il n’est pas question d’interdire le téléphone portable dans les écoles”

​L’élue Tavini et présidente de la commission éducation, Chantal Galenon, est à l’origine de cette proposition de loi. Elle souhaiterait légiférer sur l’interdiction et la confiscation possible du téléphone portable : “Le projet de loi n’est pas pour interdire les téléphones portables mais pour mieux cadrer l’utilisation des téléphones portables et des objets connectés lors des apprentissages en classe ou au sein de l’établissement (…) Je voudrais que les enfants se recentrent sur les apprentissages scolaires (…) Il faut qu’il y ait un texte officiel pour cadrer l’utilisation du téléphone portable (…) J’ai contacté la ministre de l’Education pour lui en parler”.

Si de nombreux établissements ont déjà fait le choix de l’interdiction du vini en Polynésie, ce texte permettra de donner un cadre légal. La proposition de loi qui ne suscite pas d’opposition chez les parents, mais un peu plus du côté des élèves : “Pour le collège c’est bien, car on n’a pas besoin de téléphone, mais au lycée, ce n’est pas la peine de l’interdire car on en a besoin. (…) Mais c’est vrai que c’est un gros problème et que cela diminue notre attention en cours” admet une jeune fille.

>>> Lire aussi : Vidéo – Métropole : feu vert du Parlement à l’interdiction des portables dans les écoles et collèges

En métropole, l’interdiction des téléphones portables dans les écoles a été mise en place en septembre dernier. Pour Christelle Lehartel, ministre de l’Education, de la jeunesse et des sports , faire de même en Polynésie serait “une bonne idée” . Elle précise néanmoins qu’“il n’est pas question d’interdire le téléphone portable dans les écoles. Il faut penser aux enfants qui sont loin de leurs familles, qui habitent dans les archipels éloignés et qui sont dans les internats. Mais on a besoin d’un encadrement. (…) Chaque établissement devra le mettre en place dans son règlement intérieur”.

Le texte est actuellement examiné en commission au CESC. S’il est adopté à l’assemblée, chaque établissement devra fixer lui-même dans son règlement intérieur les modalités de la confiscation et de la restitution du vini.

Rédaction web avec Sophie Guébel et Esther Parau-Cordette

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui...

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

“Notre but est que l’argent public soit bien dépensé”

Le nouveau président de la Chambre territoriale des comptes, Jean-Luc Le Mercier, a pris ses fonctions mercredi en présence des hautes personnalités de l’Etat et du Pays. Il vient remplacer Jean Lachkar. Interview.

Turama vous éclaire sur le démarchage à domicile

L’enquête Fetii Fenua vient de démarrer. Initiée par l’Institut de la Statistique, elle doit permettre de mieux connaître les mouvements de population en Polynésie et leurs besoins. Des enquêteurs viendront vous rendre visite. Comment les différencier des démarcheurs ? Nous répondons à cette question avec notre invité Raiarii Tama, chargé de communication de la Direction générale des Affaires Economiques (DGAE).

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X