Une première bouée pour mesurer la houle installée au large de Teahupoo

Publié le

Améliorer les modèles de prévision de houle et mieux prévoir les phénomènes de submersion. C'est ce que devrait permettre la bouée houlographique installée au large de Teahupoo mi-avril peu avant l'épisode de forte houle.

Publié le 13/05/2023 à 19:00 - Mise à jour le 16/05/2023 à 15:46

Améliorer les modèles de prévision de houle et mieux prévoir les phénomènes de submersion. C'est ce que devrait permettre la bouée houlographique installée au large de Teahupoo mi-avril peu avant l'épisode de forte houle.


C’est la toute première bouée houlographique installée en Polynésie par Météo France. L’antenne du fenua a mis en place le petit dispositif il y a quelques semaines. La bouée est accrochée à un dispositif de concentration de poissons à environ 15 km au large de Teahupoo à la Presqu’île. « C’est une bouée qui permet de mesurer les vagues et l’état de la mer en temps réel, explique la directrice régionale de Météo France Sophie Martinoni-Lapierre. On a reçu l’aide de la coopérative de pêche de Teahupoo pour faciliter cette installation. Sans eux, on n’aurait pas pu s’installer autant au large. Pour nous, pourquoi c’est intéressant d’être si loin des côtes ? C’est que justement, ce qu’on veut mesurer, c’est la houle hors influence de l’île, le plus loin possible de l’île pour être proche de ce qui est modélisé dans les modèles météorologiques et océanographiques. »

Les mesures récoltées permettront de vérifier et d’améliorer les modèles de prévision, mais aussi d’anticiper un risque de submersion. « Un modèle de prévision prévoit relativement bien la hauteur et la période de la houle, mais il peut être un peu décalé en chronologie. Avec cet instrument, on a des indications très intéressantes et très complémentaires. Actuellement, on est en train de créer des nouveaux modèles de vagues, plus précis pour Tahiti et Moorea. Cette bouée va nous permettre de valider le modèle de manière très précise et donc de caler un peu le modèle pour avoir la meilleure représentation possible de ces houles de sud qui peuvent être dévastatrices. »

« avoir la meilleure représentation possible de ces houles de sud qui peuvent être dévastatrices. »

La bouée a été installée peu avant le fort épisode de houle du 29 avril dernier. Un test réussi pour le dispositif… « Elle a tenu le choc donc ça, c’est bon signe. C’est encourageant. Et surtout, elle nous a permis de mesurer des valeurs (…) On a eu une hauteur atteinte au pic à Tahiti de 4m86 mesurés à 22h50. Ça, c’est une mesure réelle qui nous permet de savoir que nos modèles ont été relativement corrects et même plutôt bons sur ce type d’épisodes ».

Les bouées houlographiques s’utilisent déjà ailleurs dans le monde, là où elles peuvent être installées. Le dispositif utilisé au fenua est beaucoup plus léger que la moyenne : moins de 6kg contre une centaine de kg pour les autres modèles. Elle présente ainsi de nombreux atouts : « En Polynésie, on a des fonds marins très profonds qui font qu’ancrer une bouée au large, c’est très coûteux. On a aussi des houles très puissantes qui font que ces dispositifs peuvent facilement être arrachés (…) Là c’est un dispositif, du fait de sa petite taille coûte beaucoup moins cher, qui fait que si par une forte houle on le perdait, on a un coût relativement faible et elle pourrait être remplacée facilement. » La bouée peut également être facilement manipulée, par une personne seule.

Bientôt une seconde bouée houlographique au fenua ? Pour la directrice de Météo France Polynésie, il serait en effet intéressant d’installer un second dispositif au nord de l’île de Tahiti « puisqu’on a aussi à gérer des houles de nord et donc il serait intéressant d’avoir un complément ». Mais la maintenance de la bouée nécessite de se déplacer régulièrement sur site et les moyens logistiques de l’antenne de Météo France au fenua ne le permettent pas.

Dernières news

Activer le son Couper le son