dimanche 24 octobre 2021
A VOIR

|

Une nouvelle antenne de la DSFE inaugurée pour la circonscription de Pirae-Arue

Publié le

La Direction de la solidarité, de la famille et de l'égalité a inauguré son nouveau local ce jeudi matin. La nouvelle antenne est dédiée à la circonscription de Pirae-Arue. Une partie des locaux avait été détruite suite à un incendie provoqué en février 2018.

Publié le 30/09/2021 à 16:10 - Mise à jour le 30/09/2021 à 16:10
Lecture 3 minutes

La Direction de la solidarité, de la famille et de l'égalité a inauguré son nouveau local ce jeudi matin. La nouvelle antenne est dédiée à la circonscription de Pirae-Arue. Une partie des locaux avait été détruite suite à un incendie provoqué en février 2018.

Les missions de la DSFE sont diverses, comme l’explique Julien Lemaire, responsable de l’antenne de Pirae-Arue : “l’activité de la circonscription est répartie en trois grands pôles : une activité de soutien aux personnes en difficulté via les aides sociales et un accompagnement, une partie concerne l’évaluation, l’information préoccupante et le signalement auprès des enfants qui nous sont signalés et qui rencontrent des difficultés majeures, et puis on a un autre volet qui concerne le suivi des enfants dans le cadre de mesures judiciaires et d’assistance éducative”.

La circonscription de Pirae-Arue couvre une population de 24 452 habitants. En 2020, 3 685 ressortissants ont bénéficié d’aides sociales pour un montant total de 88 769 564 Fcfp dont 769 issus du RGS, 59 du RNS et 2 857 du RSPF.

En matière de protection de l’enfance, 89 signalements ont été comptabilisés en 2020. Ils font majoritairement suite à l’absentéisme scolaire, à des maltraitances et des violences familiales. “Sur ces 89 dossiers là, il y a un peu plus de deux tiers qui ont débouché sur une mesure de protection judiciaire”, indique Julien Lemaire. Au total, environ 160 mineurs sont suivis par le juge des enfants et 45 d’entre eux sont placés en institution d’accueil ou en famille d’accueil.

“On a également une psychologue clinicienne à temps plein qui est chargée notamment de co-évaluer les évaluations d’informations préoccupantes et de signalement et également de fournir, quand c’est nécessaire, un suivi psychologique auprès des enfants ou de leurs parents”, précise Julien Lemaire qui rappelle que “tout citoyen peut signaler un enfant qu’il suspecte être en danger ou en situation de maltraitance”.

Pour ce qui relève du domaine du handicap, deux placements ont été réalisés en unités de vie. Enfin, le dispositif « Aidants Feti’i » mis en place en juin 2019 recense 6 aidants indemnisés en 2020 pour un montant total de 300 000 Fcfp.

Rédigé par

infos coronavirus