jeudi 21 octobre 2021
A VOIR

|

Une marche pour l’emploi peu suivie

Publié le

Publié le 06/12/2016 à 15:46 - Mise à jour le 06/12/2016 à 15:46
Lecture 2 minutes

Sauf que ce matin, il n’y avait sur la route que 20 manifestants pour la plupart des retraités et aussi, des sympathisants de la République autoproclamée Hau Pakumotu.

Cinq  curriculum vitae seulement ont été déposés au chef de la sécurité du haut-commissaire. Ils seront transmis au service du Sefi via le gouvernement. Laiza Teaniniuraitemoana la présidente du collectif ne baisse pas les bras. Elle prévoit déjà une autre marche en mars 2017.
 
“Qu’en est t-il des chômeurs ?” Telle est la question que veut poser à René Bidal, haut-commissaire de la République, Laiza Teaniniuraitemoana qui se désole de n’avoir pas été reçue par le représentant de l’Etat en Polynésie en personne.
 
“Est ce qu’il y a réellement une place pour les chômeurs polynésiens” s’interroge la présidente du collectif “Chômeurs en Action”. Constatant, “J’en vois beaucoup qui ne sont pas Polynésiens et qui ont un travail, et nous Polynésiens, qu’en est t-il?”. Réfutant tout idée de racisme anti popaa, Laiza Teaniniuraitemoana insiste. “Moi je veux défendre nos Polynésiens.”
 
Enumérant un chapelet de questions qui resteront sans réponses. “Pourquoi il y a des chômeurs, si il y a un ministère de l’emploi?. Pourquoi tout stagne? Pourquoi il n’y a pas d’emploi?.” Laiza revient à la charge. “Je ferais d’autres actions en 2017 et je ferais toujours des actions, jusqu’à qu’il y ait une réelle ouverture d’emplois pour les Polynésiens.”
 
Quand on lui fait remarquer que la marche de ce matin n’a réunit qu’une vingtaine de personnes, elle argumente. “Si tu n’arrives pas au quotidien à te nourrir, il vaut mieux essayer de te nourrir que de venir à une marche.” Logique.
 

Rédaction Web avec Esther Parau-Cordette

Rédigé par

infos coronavirus