samedi 24 octobre 2020
A VOIR

|

Une marche citoyenne contre les injustices

Publié le

Ils étaient plus d’une soixantaine de personnes à manifester ce matin dans les rues de Papeete, pour dénoncer les dysfonctionnements du système judiciaire et l’attentisme du politique. Une manifestation qui s’inscrit dans la continuité du mouvement initié le week-end dernier en hommage au petit Hoane. Mais devant les portes closes du Haut-commissariat et de l’Assemblée, les organisateurs annoncent d’autres manifestations plus percutantes.

Publié le 19/10/2019 à 17:33 - Mise à jour le 20/10/2019 à 15:30
Lecture 2 minutes

Ils étaient plus d’une soixantaine de personnes à manifester ce matin dans les rues de Papeete, pour dénoncer les dysfonctionnements du système judiciaire et l’attentisme du politique. Une manifestation qui s’inscrit dans la continuité du mouvement initié le week-end dernier en hommage au petit Hoane. Mais devant les portes closes du Haut-commissariat et de l’Assemblée, les organisateurs annoncent d’autres manifestations plus percutantes.

Munis de leurs banderoles ou encore de drapeaux marquisiens, des mères de famille ou encore de simples citoyens sont venus dans l’espoir de trouver une oreille attentive à leurs revendications ce samedi. Mais devant les rideaux fermés du Haut-commissariat et l’absence d’interlocuteurs à l’Assemblée de la Polynésie française, la colère prend le dessus. « Nous disons : monsieur le Président, tu n’es pas là, tu n’es pas devant nous ! Moi aussi, j’ai voté pour toi. Je suis déçu » s’exclame Arthur Temarii, initiateur de la marche.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Dans son courrier, le collectif Injustices Porinetia conduit par Arthur Temarii dénonce surtout les inégalités de traitement du système judiciaire. Une manifestation qui selon leurs dires a failli ne pas avoir lieu.« Quand les gens ont entendu, dernièrement, que le gouvernement a pris une décision, ils m’ont appelé me demander pourquoi on faisait quand même la marche étant donné qu’une décision avait été prise. Je leur ai dit : ‘mais ce n’est pas comme ça qu’on doit regarder. Il faut qu’on prouve qu’on est unis et qu’on se lève pour montrer que l’on ne veut plus cette injustice' » explique Arthur.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Après avoir terminé cette marche avec un sentiment d’insatisfaction, nul doute que le collectif va encore faire parler de lui dans les prochains jours… Et « la prochaine fois, ça sera plus dur » affirme Arthur.

infos coronavirus