dimanche 17 janvier 2021
A VOIR

|

Une manifestation pour le rapatriement des ressortissants polynésiens

Publié le

Les familles des Polynésiens bloqués en métropole et à l’étranger continuent leur combat pour rapatrier leurs proches. Ils ont organisé un rassemblement pacifique ce midi au parc Paofai dans l’espoir de se faire entendre.

Publié le 13/05/2020 à 17:11 - Mise à jour le 14/05/2020 à 9:37
Lecture 2 minutes

Les familles des Polynésiens bloqués en métropole et à l’étranger continuent leur combat pour rapatrier leurs proches. Ils ont organisé un rassemblement pacifique ce midi au parc Paofai dans l’espoir de se faire entendre.

300 Polynésiens recensés se trouvent actuellement en situation d’urgence. 750 autres se sont fait connaitre auprès de la délégation de la Polynésie à Paris. Le Haut-commissariat a par ailleurs indiqués que 25 résidents bloqués en Australie seront rapatriés par l’A400M militaires, la semaine prochaine.

Lire aussi > Oubliés au Canada, les étudiants polynésiens livrés à leur sort

Des mères de familles, des pères, des frères ou encore des oncles… tous sont venus se faire entendre face à la presse ce mercredi. Un rassemblement pacifique, dernier espoir pour demander le retour de leurs proches au fenua.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« C’est un appel au gouvernement pour leur dire : s’il vous plait, faites les revenir. Derrière, il y a une situation économique, une situation psychologique, familiale…(…) N’oublions pas nos enfants du fenua qui sont là-bas, on a besoin qu’ils reviennent vers nous » confie Jemina dont l’un de ses proches est bloqué en métropole. « Mon mari avait envoyé un mail à la cellule de crise disant que si on ne le rapatriait pas, il se retrouverait à appeler le SAMU et à être sous antidépresseurs. Là, il est à la bout, il n’en peut plus » ajoute Dossia. « J’ai eu ma fille en pleurs sur Messenger. Comment voulez-vous la calmer ? Elle est en plein examen. On ne peut rien faire, on est impuissant » s’alarme Sylvie. « J’ai tenté à plusieurs reprise d’aller au Haut-commissariat, de le joindre… je n’ai pas eu de réponse. Pour nous, c’est un vrai parcours du combattant » déplore encore Martial, un père dont sa fille est bloquée à l’étranger.

Lire aussi > Rapatriement des Polynésiens : « Nous serons toujours contraints et limités par la capacité d’accueil » déclare Edouard Fritch

Les familles présentes aujourd’hui disent comprendre les difficultés auxquelles font face le gouvernement dans cette crise. Elles ont donc décidé d’établir une liste de propositions à destination des pouvoirs publics : « On demande d’avoir une visibilité pour que les gens qui sont coincés puissent se projeter, avoir une date et avoir de l’aide, notamment pour s’organiser. Parce qu’aujourd’hui, s’organiser un retour quand on est en métropole est très compliqué. Sans compter les complications pour les gens qui sont à l’étranger et où on sait que pour eux, leur seul impératif actuellement, c’est qu’il faut qu’ils rentrent à Paris, puisque le vol ne partira que de Paris » explique Magalie Arlabosse.

Au total, 10 points de revendications ont été formulés et remis au gouvernement et au Haut-commissariat dans l’espoir que la situation évolue.

infos coronavirus