mercredi 18 septembre 2019
A VOIR

|

Une lettre ouverte pour que la réhabilitation de Pouvanaa soit inscrite dans l’Histoire

Publié le

Publié le 22/01/2019 à 14:08 - Mise à jour le 22/01/2019 à 14:08
Lecture 4 minutes

Le 25 octobre 2018 à Paris, la Cour de cassation a annulé la condamnation du Metua, Pouvanaa a Oopa. Une décision historique près de 60 ans après son procès controversé. 
Mais, comme l’a souligné Tahiti Pacifique dans un article, si la date est historique, il n’en est pour l’instant fait mention nul part. Les plaques au pied de la stèle de Pouvanaa a Oopa n’ont pas été modifiées. 

>>> Lire aussi : La condamnation de Pouvanaa a Oopa annulée !

Dans une lettre ouverte adressée à l’assemblée de la Polynésie, l’historien Jean-Marc Régnault dont les travaux ont contribué au processus de révision du procès, estime que pour “clore l’affaire Pouvana’a”, il faudrait prendre deux mesures : 

– modifier la rédaction des plaques en hommage à Pouvanaa a Oopa

– modifier les programmes scolaires pour faire apparaitre l’innocence de Pouvanaa dans les enseignement d’histoire : “Depuis 1985, les programmes scolaires adaptés à la Polynésie ont progressivement prévu à tous les niveaux d’évoquer la carrière politique du Metua, comme chef du grand parti RDPT, comme député, puis comme sénateur et comme vice-président du conseil de gouvernement. Beaucoup de nos concitoyens ignorent – parfois hélas ! font semblant d’ignorer – que du cours élémentaire au baccalauréat les enfants de nos écoles entendent parler de cet éminent polynésien. Il reste maintenant à mettre en œuvre les informations (et les formations) nécessaires pour que dorénavant l’innocence de Pouvana’a a Oopa soit expliquée et enseignée aux élèves”, estime Jean-Marc Régnault. 

>>> Lire aussi : Vidéo – Pouvanaa dans les manuels d’histoire, “c’est mon vœu le plus cher”

L’historien souligne par ailleurs que la décision de la Cour de cassation ne laisse aucune place au doute quant à innocenter le Metua, contrairement à ce que “certains Polynésiens” ont pu penser. “Soyez rassurés. La décision de la Cour se termine par une expression qui ne laisse aucun doute : « La Cour décharge la mémoire [de Pouvana’a] ». La phrase vaut innocence.” 

Rédaction web 

La lettre ouverte de Jean-Marc Régnault

Mesdames les représentantes,

Messieurs les représentants,

 Avant toute chose, je souhaite que l’année 2019 vous apporte de multiples satisfactions dans tous les domaines, et j’étends ces vœux à tous ceux que vous aimez.

L’année qui s’est récemment achevée aura apporté au Fenua une grande satisfaction.  Votre prédécesseur à l’assemblée, Pouvana’a a Oopa, a été réhabilité par la Cour de Cassation.

L’APF a joué un rôle essentiel pour obtenir cette décision. Certains d’entre vous se souviennent de cette séance du 9 juillet 2009, lorsque, sous l’impulsion de la regrettée Cathy Buillard, l’APF a adopté un vœu à l’unanimité demandant que toute la lumière soit faite sur l’arrestation et le jugement du député, vice-président du conseil de gouvernement. Le vote a pu sembler un vœu pieux, mais en février 2012, il reçut une première réponse de l’État quand le président Sarkozy annonça qu’il ouvrirait les archives sur l’affaire. Le président de l’APF, Monsieur Jacky Drollet permit que je puisse consulter les précieux documents. Suite à cette recherche à laquelle s’ajoutèrent les travaux de la magistrate Madame Vannier, le 15 février 2013, l’APF adopta à l’unanimité un vœu demandant cette fois à l’État d’engager les démarches pour une révision du procès. Après avoir fait étudier le dossier par ses services, Madame la Garde des Sceaux transmit celui-ci à la Cour de révision des procès criminels, le 20 juin 2014.

Vous connaissez la suite favorable qui intervint le 25 octobre dernier.

Le but du courrier que je vous adresse est de clore l’affaire Pouvana’a par deux mesures simples qui ressortissent de votre compétence.

La première m’est venue à l’esprit en lisant un article de Monsieur Luc Olivier – dans la revue Tahiti Pacifique – que je vous mets en pièces jointes. Le rédacteur en chef faisait remarquer qu’après la décision de la Cour de cassation, il faudrait modifier la rédaction des plaques en deux langues au pied de la stèle de Pouvana’a qui se dresse devant votre assemblée. Je ne doute pas que vous serez unanimes à désirer rectifier ces notices en l’honneur du Metua selon les procédures propres à l’APF.

La seconde vient naturellement du professeur d’histoire que je suis. Depuis 1985, les programmes scolaires adaptés à la Polynésie ont progressivement prévu à tous les niveaux d’évoquer la carrière politique du Metua, comme chef du grand parti RDPT, comme député, puis comme sénateur et comme vice-président du conseil de gouvernement. Beaucoup de nos concitoyens ignorent – parfois hélas ! font semblant d’ignorer – que du cours élémentaire au baccalauréat les enfants de nos écoles entendent parler de cet éminent polynésien. Il reste maintenant à mettre en œuvre les informations (et les formations) nécessaires pour que dorénavant l’innocence de Pouvana’a a Oopa soit expliquée et enseignée aux élèves.

Enfin, j’ajouterai une précision. La complexité du langage juridique a pu laisser penser à certains Polynésiens que la Cour de cassation avait bien annulé le procès de 1959 sans pour autant innocenter l’accusé. Soyez rassurés. La décision de la Cour se termine par une expression qui ne laisse aucun doute : « La Cour décharge la mémoire [de Pouvana’a] ». La phrase vaut innocence.  

Je vous remercie pour l’attention que vous voudrez bien porter à ce courrier et vous prie de croire en mon profond respect.

 

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Turama – Décrochage scolaire : qui est concerné, comment...

La Mission de lutte contre le décrochage scolaire a fait sa rentrée. La MLDS aide chaque année des jeunes qui sortent du système scolaire. Les inscriptions sont toujours plus nombreuses. Un nouveau centre a ouvert ses portes à Raiatea. Pour évoquer le sujet du décrochage scolaire, Jean-Jacques Hénault, inspecteur de l'éducation nationale était notre invité du journal.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV