samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Une journée pour développer la filière apicole

Publié le

Publié le 10/05/2017 à 14:54 - Mise à jour le 10/05/2017 à 14:54
Lecture 2 minutes

Comment fabriquer une ruche ? Comment récolter le miel ? Ou reconditionner la cire d’abeille ? Quelles sont les débouchés que propose le secteur apicole. Autant d’éléments de réponses que les apiculteurs de Raiatea sont venus apporter, à l’occasion de cette journée du miel et de l’abeille.
 
« Je m’aperçois qu’effectivement, la population a besoin de connaitre, et de s’informer sur le monde des abeilles et du miel » constate Claude Tinorua, président de l’Association des Apiculteurs de Raiatea.
 
Une filière qui ne demande qu’à se développer. Sur 242 apiculteurs recensés en Polynésie, Raiatea, n’en compte que 52. C’est encore insuffisant pour satisfaire le marché local. « C’est pour cela que nous sommes venus aujourd’hui, pour développer l’apiculture sur Raiatea » explique Jean Tama, vice-président de la chambre d’agriculture.
 
La mise en valeur des produits dérivés a également remporté un vif succès. « On peut faire beaucoup de choses. des cosmétiques, des bougies, plein de différents produits. L’abeille produit le miel mais elle produit aussi de la cire, et du sucre. » assure Olivier Thomas, apiculteur.
 
Consommer local, un message que les élèves de 1ère S du Lycée d’Uturoa ont également véhiculé, afin de protéger la filière. « On explique comment faire la différence entre le miel local et  le miel de synthèse, car le consommateur à tendance à se faire avoir par le miel de synthèse «  explique Mahana Ateni Elève de 1ère S.
 
En 2016, la production de miel en Polynésie fait état de 188 tonnes. D’ici 2020, le ministère de l’Agriculture, envisage d’atteindre les 250 tonnes.
 

Rédaction web avec Rony Mou-Fat

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV