mardi 11 août 2020
A VOIR

|

Une fresque peinte par des élèves pour le Téléthon

Publié le

Un symbole tout en couleurs pour changer les regards sur le handicap. À l’école Tuterai Tane de Pirae, les élèves participent à leur manière au Téléthon. Ils ont peint une fresque pour deux de leurs camarades qui ont perdu l’usage de leurs jambes.

Publié le 13/12/2019 à 13:33 - Mise à jour le 14/12/2019 à 9:39
Lecture 3 minutes

Un symbole tout en couleurs pour changer les regards sur le handicap. À l’école Tuterai Tane de Pirae, les élèves participent à leur manière au Téléthon. Ils ont peint une fresque pour deux de leurs camarades qui ont perdu l’usage de leurs jambes.

Cet établissement scolaire de Pirae accueille deux enfants en situation de handicap : Natihere et Rai. Et pour eux, leurs camarades font preuve de beaucoup de bienveillance. « Cela fait trois ans qu’on est copains. (…) Cette journée du Téléhon, ce n’est pas important pour moi, mais pour Rai et les autres enfants malades, partout sur la terre. (…) Il est comme les autres. On joue, on rigole, on se dispute parfois, mais on se réconcilie toujours. On s’entraide. C’est important d’aider le maximum de personnes, et pas que les personnes handicapées. J’encourage tout le monde à aider les autres » déclare Kamalani, meilleur copain de Rai et élève en CM2. « À l’école, Kamalani m’aide beaucoup : pour aller à la cantine, aux toilettes… lors des récréations aussi » ajoute Rai.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Le projet est à l’initiative de Heiani Frebault, la maman de Rai. À travers ces dessins, elle souhaite que les enfants et les adultes changent de regard sur la différence : « Tout à l’heure, il me disait encore ‘j’en ai marre qu’on me regarde comme un Alien’. Il est différent, mais il y a des enfants qui sont avec lui depuis le CP et le CE1 et qui l’incluent dans les jeux, dans les déplacements ».

Parce qu’ils ont perdu l’usage de leurs jambes, Natihere et Rai s’épanouissent dans des activités manuelles et artistiques. Et peindre les murs de l’école donne le sourire. « Cela me fait plaisir. C’est comme si je n’étais pas la seule au monde » dit Natihere. « Il y a des mains, des arbres, des fleurs, des dauphins… J’ai dessiné l’araignée de Spider-Man, c’est mon héros favori ! » confie Rai. « Il peut s’inventer une histoire, des aventures etc. Il peut se permettre de courir, de combattre comme un ninja ou même de voler entre les bâtiments. C’est sa façon à lui de s’évader » précise sa maman.

Cette fresque du Téléthon 2019 a été réalisée par l’ensemble des élèves. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Des coups de pinceaux et des mains colorées pour habiller les murs de cet escalier. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Ce projet est soutenu par les enseignants, car les enfants sont également des messagers pour parler du handicap. « C’est important que tous les élèves prennent conscience de l’importance du Téléthon, et qu’ils puissent en parler à leur famille parce que parfois les parents ne sont pas forcément au courant de comment ça se passe » explique Loïc Rose, enseignant.

Dans la cour ou en classe, Natihere et Rai ne sont jamais seuls. Leurs camarades et les enseignants veillent à ce que leur handicap ne soit pas un frein à la vie scolaire.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Mosimann en DJ set ce samedi 8 août

Le dernier week-end avant la rentrée, le DJ franco-suisse Mosimann pose ses platines en Polynésie dans le cadre idyllique du Manava Suite...

L’immeuble Juventin en cours de destruction

Sa destruction était annoncée : l'immeuble Juventin et en cours de déconstruction. Construit dans les années 50, le bâtiment abritait l’une des...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV