vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Une formation inédite pour des sapeurs-pompiers du fenua

Publié le

C’est une première en Polynésie : des sapeurs-pompiers bénéficient de la formation "chef de groupe", pour devenir des futurs cadres. Elle est dispensée par deux officiers formateurs venus de métropole et elle permettra de combler le manque de cadres dans les casernes du fenua.

Publié le 16/09/2019 à 13:59 - Mise à jour le 16/09/2019 à 15:38
Lecture 2 minutes

C’est une première en Polynésie : des sapeurs-pompiers bénéficient de la formation "chef de groupe", pour devenir des futurs cadres. Elle est dispensée par deux officiers formateurs venus de métropole et elle permettra de combler le manque de cadres dans les casernes du fenua.

Jusqu’au 20 septembre, 11 sapeurs-pompiers en devenir participent à un stage organisé par le centre de gestion et de formation (CGF). Ils sont issus des casernes de Pirae, Papeete, Punaauia, Paea, Papara, Taiarapu est, Moorea-Maiao et Taputapuatea. Leur mission : apprendre à devenir « chef de groupe ».

« Pour nous, c’est une formation d’avancement à la fonction et au grade. (…) Toutes les formations qu’on a faites avant, c’était pour certaines caractéristiques d’engins ou pour monter en compétence. Et là, on va être amené à superviser et à gérer opérationnellement sur des opérations sapeurs-pompiers jusqu’à 4 véhicules soit une trentaine de personnes. On peut monter en compétence dans sa gestion. On est sur une formation qui est d’un degré d’officier et qui nous permet d’évoluer dans notre carrière soit en tant que pompier professionnel soit en tant que pompier volontaire. On est vraiment sur de la stratégie opérationnelle, sur du commandement » explique l’adjudant Mathieu Durel, de la caserne de Paea.

Mathieu Durel, stagiaire en formation. (Crédit photo : Tahiti Nui télévision)

Après avoir validé leurs premières unités de valeurs par une formation à distance, l’heure était à la mise en situation réelle (de feu d’habitation, de secours routier etc.) ce lundi matin. Le chef de groupe doit gérer le fonctionnement et le raisonnement stratégique de l’intervention face à un sinistre. Une formation dispensée par deux officiers formateurs de l’École nationale supérieure des officiers sapeurs-pompiers (ENSOSP).

« L’importance de cette formation, c’est de pouvoir distiller l’enseignement et les connaissances aux futurs chefs de groupe, selon tous les protocoles d’intervention et de la mise en place des secours. Le chef de groupe devient l’organisateur de l’intervention face au sinistre qui s’est développé. Ils vont apprendre à commander leurs hommes sur le terrain » déclare le lieutenant Jean-Pierre Desprez, formateur permanent de l’ENSOSP.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

C’est la première fois qu’une formation de ce genre se déroule au fenua. L’objectif est aussi de combler le manque d’encadrants dans les casernes de Polynésie précise Richard Haupuni, chef de corps des sapeurs-pompiers de Mahina.

Pour valider leur diplôme, les participants devront ensuite passer avec succès les deux semaines de formation programmées en novembre en métropole, sur le site de Vitrolles, unique en Europe.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV