dimanche 23 janvier 2022
A VOIR

|

Une famille britannique débarquée à peine arrivée sur Tahiti

Publié le

Steve Goode, 31 ans, sa compagne Charlotte, 29 ans, ainsi que leur bébé de six mois, ont été refoulés à leur arrivée sur Tahiti le 20 décembre dernier. La famille qui venait du Royaume-Uni n'étaient pas au courant de la règlementation en vigueur depuis le 18 décembre.

Publié le 24/12/2021 à 10:55 - Mise à jour le 24/12/2021 à 11:50
Lecture 2 minutes

Steve Goode, 31 ans, sa compagne Charlotte, 29 ans, ainsi que leur bébé de six mois, ont été refoulés à leur arrivée sur Tahiti le 20 décembre dernier. La famille qui venait du Royaume-Uni n'étaient pas au courant de la règlementation en vigueur depuis le 18 décembre.

Une mésaventure à quelques jours de Noël que le couple a raconté au média britannique The Sun. Ce qui devait être un voyage de rêve en Polynésie est devenu un “cauchemar” déplorent-ils, avec les autorités locales qui étaient “grossières et irrespectueuses” envers eux.

Mais que s’est-il passé exactement ? Le 17 décembre, la petite famille quitte Londres pour la Polynésie, avant de s’arrêter quelques jours à Los Angeles. Selon Steve Goode, entre temps, ils n’ont pas été informés des modalités d’entrée en Polynésie (qui sont les mêmes que celles pour la France) en vigueur depuis le 18 décembre : tout voyageur en provenance du Royaume-Uni doit en effet normalement justifier d’un motif impérieux : “Nous nous sommes conformés à toutes les conditions d’entrée et avons rempli un document de visa ETIS. Les documents disaient que la France avait accepté que l’on vienne. Mais quand nous avons atterri, on nous a remis nos passeports, et on nous dit qu’on ne devrait pas être là, que nous n’étions pas autorisés à être ici. (…) Ils ont été si grossiers avec nous parce que nous étions des Britanniques, et c’est clair qu’ils ne souciaient pour du tout du fait qu’on avait un bébé de 6 mois”. Ils racontent également avoir été placés dans une pièce non climatisée pendant plus de 6 heures alors que leur fille, Penelope, souffrait de problèmes de santé et portait un casque suite à une malformation crânienne. Le médecin de la compagnie a donc indiqué qu’ils ne pouvaient pas repartir immédiatement.

Contacté, le haut-commissariat a précisé que la famille avait été logée pendant 3 jours à l’InterContinental Resort Tahiti, dans un bungalow sur pilotis, avant de repartir chez elle en étant surclassée par la compagnie aérienne. Leur voyage en Polynésie qui devait s’achever initialement le 12 janvier, leur avait coûté près de 2 millions de Fcfp (15 000 livres).

Quatre autres passagers en provenance du Royaume-Uni, du même vol, ont également été refoulés à leur arrivée au fenua. Ils sont, eux, repartis dès le lendemain, après une nuit passée à l’InterContinental.

infos coronavirus