dimanche 9 août 2020
A VOIR

|

Une administration en sureffectif et sous-qualifiée, selon la CTC

Publié le

Une administration en sureffectif et sous qualifiée. C’est le constat que dresse la Chambre Territoriale des Comptes dans son dernier rapport paru hier après une longue période de réserve en raison des échéances électorales. La CTC s’est penchée sur la gestion des ressources humaines de l’administration du Pays de 2010 à aujourd’hui. Et si quelques progrès ont été faits, ils sont insuffisants pour la juridiction qui plaide pour que des "réformes structurelles" soient entreprises "au plus vite".

Publié le 07/07/2020 à 11:37 - Mise à jour le 07/07/2020 à 13:54
Lecture 2 minutes

Une administration en sureffectif et sous qualifiée. C’est le constat que dresse la Chambre Territoriale des Comptes dans son dernier rapport paru hier après une longue période de réserve en raison des échéances électorales. La CTC s’est penchée sur la gestion des ressources humaines de l’administration du Pays de 2010 à aujourd’hui. Et si quelques progrès ont été faits, ils sont insuffisants pour la juridiction qui plaide pour que des "réformes structurelles" soient entreprises "au plus vite".

L’administration du Pays compte à ce jour un peu plus de 8 000 agents : 5 473 dans ses différents services ainsi que 2 575 dans ses 14 établissements publics. Un peu plus de 8 000 fonctionnaires qui représentaient en 2018 pour la Polynésie une dépense de personnels de 47 milliards de Fcfp.

Un chiffre qui ne faiblit pas bien que la réduction du nombre d’agents de la fonction publique soit jugée « indispensable » par de nombreux rapports, ces dernières années, souligne la CTC.

Des « effectifs trop nombreux »

Or, depuis près de 10 ans, le pays ne parvient pas à « formuler une réponse claire et efficace en matière de gestion des ressources humaines », estiment les magistrats financiers.

Si elle pointe des « effectifs trop nombreux », la CTC note aussi que la majorité des agents, 57% exactement, ne sont que faiblement qualifiés et donc cantonnés à des taches administratives élémentaires.

Une « proportion complètement inadaptée » d’emplois « sans réelle valeur ajoutée » et qui pourraient être amenés à disparaître avec le développement de la dématérialisation des actes ou de l’intelligence artificielle, estime la Chambre.

A contrario, souligne celle-ci, le taux d’agents d’encadrement « reste médiocre ». La proportion des fonctionnaires de catégories A et B n’a, elle, progressé que de 4 et 3% sur une période de dix ans.

Il résulte du tout, dixit la CTC, une « faiblesse chronique de la productivité de l’administration » du Pays. 

11 recommandations de la CTC

Des « progrès » ont tout de même été réalisés, notamment dans la maîtrise des aspects financiers et dans la gestion des ressources humaines. Mais ils restent largement insuffisants aux yeux de la Chambre Territoriale des Comptes.

Elle formule donc 11 recommandations pour réformer l’administration du Pays : comme réduire à 20% des effectifs, dans les trois prochaines années, le nombre d’agents dédiés au fonctionnement courant des services. Ou supprimer dans les dix ans les emplois de catégorie D tout en priorisant le recrutement de fonctionnaires de catégorie A et B.

Le prix à payer selon elle pour que l’administration polynésienne soit en phase avec son temps.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV