mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Un tremplin pour les jeunes des quartiers prioritaires de la capitale

Publié le

Publié le 30/09/2016 à 10:32 - Mise à jour le 30/09/2016 à 10:32
Lecture 2 minutes

Ils sont 16, âgés de 21 à 36 ans, et issus des quartiers de Taunoa (Estall, Taupeahotu), Vaininiore, Paraita, Titioro (Temauri Village, Puatehu), Mama’o (Mervin, Tubuai), Tipaerui, et La Mission. Repérés grâce à des référents de quartier, ces jeunes de Papeete bénéficient, depuis le 1er juin, d’un contrat d’aide à l’emploi d’1 an. Un CAE spécifique : le « CAE insertion », spécialement élaboré à destination de la population des quartiers dits prioritaires de Papeete, particulièrement touchée par la précarité, le chômage et le désœuvrement des jeunes. Le programme « CAE insertion » permet aux jeunes d’améliorer le cadre de vie et la cohésion sociale dans leurs quartiers, les aide à tisser du lien social entre les différentes zones de Papeete, et à recréer un lien de proximité avec les services de sécurité de la Ville (notamment la police).
 
« C’est ce que l’on peut voir dans les quartiers qui m’a donné l’envie de tenter cette expérience. Ça m’a rappelé combien le service militaire avait pu nous discipliner, et je me suis dit que l’on pouvait faire quelque chose pour nos jeunes de Papeete. Vous avez de la chance, car beaucoup d’autres veulent être à votre place », a expliqué le maire, Michel Buillard, à l’origine du projet. « Ça n’empêchera pas les bagarres, on ne va pas tout régler, mais vous allez servir d’exemple, pour votre quartier… » espère le maire, qui a rencontré ces jeunes, hier    

Le projet a démarré par la réalisation de chantiers de nettoyage de sites, ainsi que d’embellissement et d’entretien des espaces verts. « C’est l’image que je veux qu’on retienne de vous, c’est vous qui embellissez votre ville », a ainsi félicité le maire de Papeete. 

Pendant les périodes scolaires, les stagiaires assistent les agents de police municipale dans leurs missions de régulation aux abords des écoles. Il s’agit principalement de faire traverser les enfants et les accompagnateurs aux passages piétons, en toute sécurité. Ils participeront dans les prochaines semaines aux campagnes communales d’information dans les quartiers de Papeete, notamment sur la collecte des déchets.

Ce programme comporte aussi un volet « citoyen » : sensibilisation au Sauvetage et Secourisme au Travail, formations aux premiers secours, sessions d’instruction civique, séminaires sur l’histoire de la Ville et de ses quartiers mais également pratique sportive… la finalité de ce programme est de contribuer à faire de ces jeunes adultes des citoyens responsables et acteurs de la vie publique, des référents dans les quartiers de la ville : « un tremplin pour rentrer dans la vie active », « il faudra tout donner ». « Je me bats pour mes enfants, pour les nourrir et pour qu’ils soient fiers de moi », lâchent-ils en toute simplicité.

Rédaction web avec la ville de Papeete 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La quatorzaine maintenue pour les déplacements entre la métropole...

Des mesures de contrôles "très strictes des déplacements" vers les Outre-mer sont maintenues avec une "quatorzaine" à l'arrivée, a annoncé jeudi le Premier ministre, mais plus de vols sont envisagés pour les vacances "si les conditions sanitaires le permettent".

Street shop : les peines allégées en appel

L'année dernière, les 3 prévenus avaient été relaxés pour l’offre et la détention de graines, la réglementation à l'époque des faits ne...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV