samedi 6 mars 2021
A VOIR

|

Un tour de l’île de Tahiti en Vespa

Publié le

Publié le 09/03/2019 à 15:34 - Mise à jour le 09/03/2019 à 15:34
Lecture 2 minutes

Ces passionnés de la Vespa, un deux-roues emblématique de la Polynésie, se retrouvent deux à trois fois par an, et à l’occasion ils font le tour de l’île. Les améliorations apportées à leurs engins et les nouveaux modèles sont les principaux sujets de conversations. La première Vespa Italienne est arrivée à Tahiti en 1948, avec la famille Tracqui, pour remplacer peu à peu les vélos de l’époque. La plupart des Polynésiens en avait une.

Le grand-père de Marcel Nagatata, le président de l’association Vespa Team Tahiti, avait lui-même plusieurs modèles de Vespa, de toutes les époques : « Quand j’ai été en âge d’en acheter une, j’en ai pris une, et je faisais des courses avec, et je me baladais avec mes copains aussi ». Après être parti pour faire son service militaire, de retour en Polynésie, Marcel décide de se lancer à fond dans sa passion et achète plusieurs Vespa. Il en a acheté une trentaine depuis. Il a ensuite créé l’association afin de pouvoir se rassembler avec ses amis qui partagent la même passion que lui.

Petite, maniable et moins chère en réparation, la Vespa présente de nombreux avantages. Les modèles comme la Primavera de 1960, la PX de 70 et la Piaggio de 1980, ont selon ces connaisseurs, un bruit particulier et une certaine allure.

Thierry est arrivé de Moorea au guidon de sa Primavera 125, il a créé une page Facebook où l’on peut y trouver des pièces de Vespa à vendre. Mais il est conscient qu’il faut aussi sensibiliser le public à la sécurité sur ce type d’engins : « Normalement on doit porter des gants, des chaussures, un pantalon, un blouson… Mais on ne les met pas systématiquement, à cause du climat ici… Alors qu’il faudrait ».
 

Rédaction web avec Tauhiti Taunia Mu San et Esther Parau Cordette

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu