dimanche 14 août 2022
A VOIR

|

Un Réveillon plutôt calme dans le Papeete by Night

Publié le

Des contrôles ont eu lieu sur les routes, mais également dans les restaurants, les bars et les discothèques, le soir du 31 décembre. Les forces de sécurité ont vérifié la bonne application des mesures annoncées la veille par le haut-commissaire. Et dans l’ensemble, responsables d’établissements et clients se sont pliés aux nouvelles règles.

Publié le 01/01/2022 à 17:51 - Mise à jour le 02/01/2022 à 11:57
Lecture < 1 min.

Des contrôles ont eu lieu sur les routes, mais également dans les restaurants, les bars et les discothèques, le soir du 31 décembre. Les forces de sécurité ont vérifié la bonne application des mesures annoncées la veille par le haut-commissaire. Et dans l’ensemble, responsables d’établissements et clients se sont pliés aux nouvelles règles.


Le briefing des agents de police est rapide car il ne faudrait pas se faire remarquer : le contrôle des établissements de nuit peut commencer. “On est passé déjà dans la matinée et dans journée pour faire du préventif. On verra si, effectivement, les consignes qui ont été données par le haut-commissaire seront respectées cette nuit” indique Tatiana Dauphin, chef d’état-major commandant de police.

Premier arrêt : un bar fréquenté du centre Vaima. Pas de pass sanitaire obligatoire puisque la soirée se fera assise pour les participants. Et pour s’assurer du respect des règles, le gérant a dû s’adapter. “On joue le jeu. On met beaucoup plus d’agents d’acceuil pour vérifier que tout est sous contrôle et que les gens respectent les mesures” explique Kaiva Flosse, gérant d’un bar.

Lire aussi > Plus de 1 000 personnes contrôlées sur les routes le 31 décembre

À quelques mètres, la file d’entrée d’une boîte de nuit ne désemplit pas. Pour pouvoir aller danser, il faut montrer son pass sanitaire. Une mesure qui s’applique à tous les restaurants et bars organisant des soirées dansantes ce week-end

Du côté du front de mer, c’est ambiance karaoké. La soirée est plutôt calme pour un réveillon de la Saint-Sylvestre. Le gérant des lieux fait le lien avec les nouvelles mesures, mais pour lui “c’est déjà mieux que rien” : “c’est quand même mieux que l’année dernière où on était tous coincés chez nous. On a une certaine liberté, même si ce n’est pas ce qu’on voudrait. Mais c’est quand même bien de réagir et de faire avec ça au mieux possible avec le peu qu’on nous donne” rappelle Stéphane Gay, gérant d’un restaurant-bar.

Un contexte qui n’a pas empêché les Polynésiens de fêter le cap du Nouvel An.

infos coronavirus