samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Un restaurant scolaire pour les élèves de Fautau’a Val

Publié le

Ce lundi matin les élèves de l’école Fautau’a Val ont inauguré leur nouveau restaurant scolaire, le premier à Pirae. En 2018, la commune a lancé les travaux de rénovation de la cantine, de l’office et des sanitaires. Le réfectoire flambant neuf, offre désormais un environnement climatisé et relooké pour améliorer les conditions de repas des enfants.

Publié le 13/01/2020 à 16:05 - Mise à jour le 14/01/2020 à 10:38
Lecture 2 minutes

Ce lundi matin les élèves de l’école Fautau’a Val ont inauguré leur nouveau restaurant scolaire, le premier à Pirae. En 2018, la commune a lancé les travaux de rénovation de la cantine, de l’office et des sanitaires. Le réfectoire flambant neuf, offre désormais un environnement climatisé et relooké pour améliorer les conditions de repas des enfants.

Quelques minutes avant l’ouverture du nouveau réfectoire, les agents de la cuisine s’attellent aux derniers dressages. Deux salles climatisées dans une architecture moderne, l’une réservée aux élèves de maternelle et l’autre à ceux du primaire. Avec en prime pour les grands : un comptoir self-service.

A l’extérieur, les élus de la commune sont accueillis par les enfants qui ont hâte de découvrir, après un an d’attente, leur nouveau restaurant scolaire.
« Quand on était petits, on allait manger à la cantine, c’était une structure rectangulaire, il faisait chaud, il y avait du bruit, les enfants étaient entassés et c’était un peu la cours de récréation. Là on est dans un restaurant scolaire, précise Olivier Petit, responsable de la cuisine centrale de Pirae. On est dans un environnement où on a essayé de privilégier le calme, que les enfants puissent manger en toute sérénité. Il est climatisé, l’environnement coloré, espacé. (…)Il y a un espace pour les maternelles avec des arrondis pour avoir une atmosphère apaisée et ici vous avez l’espace élémentaire avec les CP qui seront servis à table et les grands qui passeront au self. Donc, pour les grands, il y aura deux services alors qu’auparavant à la cantine, il y avait deux services. Les maternelles mangeaient avec les primaires et ça faisait beaucoup de bruit. On a mis des murs anti bruit, des plafond anti bruit. Ça c’est un restaurant scolaire. On a privilégié le confort des enfants. (…) On sait que pour beaucoup c’est le seul repas de la journée (…) Ça influe sur les résultats scolaires, j’en suis persuadé. »

« C’est un projet qui a débuté il y a deux ans. On a été associé à ce projet et aujourd’hui le résultat est là. On est vraiment satisfaits », se réjouit John Thunot – Président des parents d’élèves de l’école Fautau’a Val.

Crédit Tahiti Nui télévision

Les élèves prendront désormais leur déjeuner dans un environnement coloré, climatisé, avec plus d’espace et au calme sous les yeux de Monsieur bonhomme. Un personnage fictif qui change d’humeur quand il y a trop de bruit. Ce restaurant scolaire est le premier du genre à Pirae, mais la commune compte aménager les autres écoles de la même manière, comme l’explique Abel Temarii, maire adjoint de Pirae : « l’idée est de faire la même chose dans les autres écoles de la communes. A Pirae centre et éventuellement à Tuterai tane. Mais à Pirae centre d’abord. Nous avons un investissement du Pays et de la commune. (…) Ce projet rentre dans un programme de réussite scolaire. »

Coût total de l’investissement : 125 millions, dont 25 financés par la commune. Le reste a été pris en charge par le FIP, le fond intercommunal de péréquation. Une somme qui ne sera pas répercutée sur le prix des repas, qui coûte actuellement moins de 300 Fcfp.  

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Rosina, l’une des premières basketteuses du fenua, décorée de...

Elle est l’une des premières femmes joueuses de basket-ball à Tahiti. Et depuis 1966 jusqu'à aujourd'hui, elle est présidente de la section basket de l’AS JT. Rosina Layton-Thunota, 85 ans, a été élevée ce matin par le président Edouard Fritch au rang de chevalier de l’ordre de Tahiti Nui.

PRISM recrute sa 5e promotion d’entrepreneurs

Cet appel à projets s’adresse aux entrepreneurs qui ont une idée d’entreprise innovante et qui souhaitent se faire accompagner dans son développement....

Produire moins de déchets : « un défi que tout...

Bilan positif pour la 2ème édition du défi Zéro Déchet lancé par l’OFB, l'Ademe, Fenua Ma et l’association. Elle a rassemblé l'an dernier 22 familles, toutes volontaires pour réduire le poids de leurs déchets. Il y a eu 50% de déchets en moins jetés dans les poubelles noires et 85% de réduction pour les déchets ménagers.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV