samedi 4 juillet 2020
A VOIR

|

Un projet immobilier inquiète les riverains de la Pointe des pêcheurs

Publié le

Un projet immobilier provoque de vives inquiétudes chez les riverains du quartier Gueirard à la Pointe des pêcheurs, à Punaauia. Le promoteur souhaite construire une résidence de 132 logements avec un pool bal et des salles de sport.

Publié le 29/09/2019 à 10:00 - Mise à jour le 30/09/2019 à 11:37
Lecture 2 minutes

Un projet immobilier provoque de vives inquiétudes chez les riverains du quartier Gueirard à la Pointe des pêcheurs, à Punaauia. Le promoteur souhaite construire une résidence de 132 logements avec un pool bal et des salles de sport.

Mareva et sa fille Marion sont dépitées. Derrière leur clôture, dans ce lieu arboré à proximité de la rivière de la Punaruu, une résidence devrait sortir de terre. L’édifice surplombera toutes les propriétés. Pour les riverains, ce projet n’a pas sa place dans leur quartier.

« Il y a eu des constructions, mais chaque construction qui s’est faite, même pour nous d’ailleurs, ça a toujours été en accord avec tous les voisins », explique Mareva Hellec.

« De chez mes parents, on verra un immeuble de cinq étages. Là ils auront vu à l’intérieur de notre maison, on ne sera plus chez nous en fait », s’inquiète sa fille Marion.

Pour Michel Dichamp, un autre riverain, c’est simple. « C’est un quartier qui a une histoire, c’est un quartier qui est familial, c’est un quartier qui est bucolique. Il y a des oiseaux, on a la rivière, on a le vent, on a tout ce qu’il nous faut pour vivre heureux, pourquoi aller gâcher ce plaisir des gens et de vie de famille », dit-il.

« On a toujours grandi ici, c’est un quartier familial, on a toujours eu la paix, la tranquillité, confie de son côté Toriki Gueirard. Se retrouver avec un building où il y aura 160 appartements, ça va tout changer. »

« Ce n’est pas démesuré »

Au fond de la servitude Gueirard, les promoteurs nous ouvrent leur propriété pour nous parler d’un projet immobilier haut de gamme innovant. La future résidence le Club des Sages sera implantée sur une surface d’un hectare. Trois bâtiments de 3 à 4 étages abriteront 132 logements. En sous-sol : 268 places de parking et 40 pour les deux-roues. La partie commune comprend des aires de jeux, des salles de sport mais aussi un pool bar. Un bitumage intégral de la servitude est programmé.

Pour les promoteurs, leur projet est en adéquation avec le plan général d’aménagement de la commune et n’a rien de démesuré. « Pour nous, ce projet est à taille humaine, affirme Teiva Raffin. Plusieurs projets sur Papeete ont plus de 100 logements. A 800 mètres d’ici, près du Musée de Tahiti et des îles, il y a eu un projet qui a été fait il y a quelques années, d’environ 100 logements aussi. Ce n’est pas démesuré. »

La fronde des riverains s’organise dans le quartier Gueirard. L’association Protégeons Nuuroa a vu le jour. Une pétition circule dans le quartier. Une enquête publique est en cours. Les riverains ont jusqu’au 12 octobre pour signer le cahier de doléances à la mairie de Punaauia.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La fondation Te Ti’aturi Nei vient en aide aux...

Une distribution solidaire de denrées alimentaires a eu lieu ce samedi. L’opération a pu voir le jour grâce à la fondation Te Ti’aturi Nei de Paul et Mareva Marciano. Un partenariat avec la Croix-Rouge et Carrefour a permis a plusieurs dizaines de familles en difficulté de se voir offrir des produits de première nécessité.

Municipales 2020 : À Arue, un second tour boudé...

À Arue, trois listes s’affrontent : celle de Teura Iriti, de Tepuanui Snow et de Philip Schyle. La maîtrise de la crise sanitaire semble avoir fait revenir les électeurs au second tour, sans pour autant atteindre le niveau de 2014. Si la participation s’améliore par rapport au premier tour, elle est clairement marquée par un désintérêt général des électeurs.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV