mercredi 20 octobre 2021
A VOIR

|

Un projet d’aéroport international aux Marquises

Publié le

Le ministre du Logement, de l’aménagement, en charge des transports interinsulaires, Jean-Christophe Bouissou, s’est entretenu, vendredi à Paris, avec Damien Cazé, Directeur général de l’aviation civile (DGAC). Au cœur de leurs échanges, la concession de Tahiti-Faa’a, la convention de surfaçage des aéroports de Raiatea et Rangiroa, la continuité territoriale avec les archipels ainsi que les projets d’aéroports internationaux à Bora Bora, Rangiroa et aux îles Marquises.

Publié le 01/10/2021 à 11:18 - Mise à jour le 02/10/2021 à 9:08
Lecture 2 minutes

Le ministre du Logement, de l’aménagement, en charge des transports interinsulaires, Jean-Christophe Bouissou, s’est entretenu, vendredi à Paris, avec Damien Cazé, Directeur général de l’aviation civile (DGAC). Au cœur de leurs échanges, la concession de Tahiti-Faa’a, la convention de surfaçage des aéroports de Raiatea et Rangiroa, la continuité territoriale avec les archipels ainsi que les projets d’aéroports internationaux à Bora Bora, Rangiroa et aux îles Marquises.

En ce qui concerne la concession de Tahiti-Faa’a, Jean-Christophe Bouissou a pris acte de la décision de l’Etat d’attribuer pour les prochaines 40 années la concession aéroportuaire de Tahiti-Faa’a au groupe constitué par la Caisse des dépôts et consignation et par la Société EGIS Airport. Après des années d’attente, il s’est réjoui que cette opération puisse aboutir afin d’offrir aux passagers, mais aussi aux compagnies aériennes et aux entreprises de services qui y travaillent, des conditions d’exploitation et de travail plus sécurisées et plus modernes. Il a rappelé l’importance de cette infrastructure pour le Pays, au regard de ses ambitions notamment dans le domaine du tourisme. Parmi les aménagements supplémentaires prévus, figurent deux postes de stationnement avec passerelles qui faciliteront l’accès des passagers aux avions.

Le projet qui a été présenté récemment au président Edouard Fritch fera l’objet d’un examen technique approfondi des services du Pays pour s’assurer de sa conformité au regard des objectifs de développement de la Polynésie française. Des négociations devraient par ailleurs être engagées dans les prochaines semaines pour examiner les conditions d’association, tant au niveau juridique qu’au niveau financier.

Reprise des lignes aériennes déficitaires et tarifs en baisse

Autre sujet abordé: la convention spécifique de financement de la DGAC pour le resurfaçage des aéroports de Raiatea et Rangiroa. Elle sera signée très bientôt et engagera l’État à hauteur de 8 millions d’euros. “Les crédits ont été sanctuarisés et seront disponibles dès 2022”, a indiqué Jean-Christophe Bouissou.

En ce qui concerne la continuité territoriale avec les archipels, il a informé la DGAC que la mise en œuvre de la nouvelle délégation de service public permettra à Air Tahiti d’opérer sur les 34 aérodromes déficitaires grâce au fonds de continuité territoriale. De même, aux Marquises, il y aura une prise en charge du déficit prévisible des lignes de Ua Pou et Hua Huka qui seront desservies par un nouvel opérateur, Tahiti Air Charter (TAC). “Nous avons eu l’occasion d’expliquer à la DGAC les motivations du choix de la TAC. En premier lieu pour des raisons économiques, la solution TAC étant bien plus intéressante financièrement pour le Pays, et par ailleurs cet opérateur possède déjà une certification de transporteur aérien de par ses activités aux îles Sous-le-Vent”, a précisé le ministre des Transports interinsulaires. Celui-ci a aussi rappelé à Damien Cazé “notre volonté que cette compagnie respecte tous les aspects de la sécurité liée au transport de passagers”.

À noter que la Délégation de service public qui a été mise en place permet de tirer à la baisse les tarifs qui seront pratiqués par les deux compagnies sur ces lignes déficitaires.

Un aéroport international aux Marquises

Enfin, Jean-Christophe Bouissou a informé le directeur de l’Aviation Civile de la naissance du schéma d’aménagement général de la Polynésie française, et des schémas directeurs définissant les politiques sectorielles. Dans ce cadre, le gouvernement polynésien a souhaité, en concertation avec les élus et acteurs économiques et sociaux de tous les archipels, favoriser l’ouverture à l’international grâce à la création d’un aéroport international de dégagement à Rangiroa, l’ouverture de l’aéroport de Bora Bora aux jets privés internationaux et la réalisation d’un aéroport international aux îles Marquises pour permettre leur désenclavement dans la région.

Lors de cet entretien très fructueux, Jean-Christophe Bouissou était accompagné de Georges Puchon, responsable de la Direction de l’Aviation Civile de Polynésie française.

Lundi, Jean-Christophe Bouissou sera reçu par Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargée des transports.

Rédigé par

infos coronavirus