dimanche 18 avril 2021
A VOIR

|

Un partenariat entre l’association Patutiki et l’École française de tatouage

Publié le

L’association Patutiki souhaite ouvrir une formation professionnelle au tatouage marquisien. Et pour qu’elle soit qualifiante et reconnue, le président de l’association est allé à Créteil, en banlieue parisienne, pour nouer un partenariat avec l’École Française de Tatouage, le seul établissement qui délivre un diplôme reconnu par l’État.

Publié le 14/11/2019 à 11:41 - Mise à jour le 14/11/2019 à 12:22
Lecture 2 minutes

L’association Patutiki souhaite ouvrir une formation professionnelle au tatouage marquisien. Et pour qu’elle soit qualifiante et reconnue, le président de l’association est allé à Créteil, en banlieue parisienne, pour nouer un partenariat avec l’École Française de Tatouage, le seul établissement qui délivre un diplôme reconnu par l’État.

Teiki Huukena ea fait le voyage de Nuku Hiva à Créteil pour permettre au Patutiki, l’art du tatouage marquisien d’entrer dans l’air moderne. En signant un partenariat avec l’École Française de Tatouage (EFT), le président de l’association permet aux élèves de suivre de nouvelles formations qui seront proposées en septembre prochain. Ils pourront donc apprendre les techniques de tatouage avec des machines en l’adaptant aux pratiques ancestrales du Patutiki.

Teiki Huukena, président de l’association Patutiki. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Il est très important pour la culture marquisienne que le tatouage marquisien continue à survivre et à se transmettre. Parce que d’une certaine manière, ce que nous avons fait aujourd’hui, c’est de raviver le Patutiki, mieux le comprendre » explique Teiki. « Cela permettra de montrer que nous sommes vraiment très actifs sur notre culture. Et nous faisons en sorte qu’elle ne s’éteigne plus » poursuit-il.

La professionnalisation des tatoueurs est bien lancée ! (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

L’EFT est le seul établissement français à délivrer un diplôme reconnu par l’État pour cette art. « On a réussi à mettre en place des formations qui ont permis la création de la première certification professionnelle en France qui encadre ce métier. C’est une certification d’artiste tatoueur de niveau 3, qui est équivalente à un bac +2. Mais ce n’est pas un diplôme d’État » nous dit Nelson Dominguez, directeur de l’EFT.

Dans un second temps, l’EFT comme Teiki espèrent permettre, via ce partenariat, à des tatoueurs marquisiens de venir former des apprentis à Créteil, à l’art du Patutiki.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.