samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Un nouveau groupe électrogène pour Uturoa

Publié le

Suite aux nombreuses coupures de courant et aux black-out que la commune de Uturoa a connus, l’ancien conseil municipal avait pris la décision de commander un nouveau groupe électrogène. Aujourd’hui, c’est chose faite, il vient d'être livré.

Publié le 25/11/2020 à 10:11 - Mise à jour le 25/11/2020 à 10:11
Lecture 2 minutes

Suite aux nombreuses coupures de courant et aux black-out que la commune de Uturoa a connus, l’ancien conseil municipal avait pris la décision de commander un nouveau groupe électrogène. Aujourd’hui, c’est chose faite, il vient d'être livré.

Il est arrivé aux aurores par le Taporo : ce tout nouveau groupe de 18 tonnes délivre 2 500 KVA de puissance électrique. Il mesure 5 mètres de long et plus de 2 mètres de large. À lui seul, il pourra alimenter la commune tout entière. Il permettra aux techniciens d’entamer des réparations sur les 4 anciennes machines. Une joie pour la nouvelle équipe de Uturoa. « Cela fait un an que nous attendons ce groupe. Il a été commandé à l’époque de la tavana Sylviane Terooatea et quand je faisais aussi partie du conseil municipal. C’est celui de la population. S’il avait été commandé à temps, nous n’aurions pas eu tous les soucis qu’il y a eu à l’époque. Nous allons aussi recevoir un autre groupe que nous avons commandé dans les trois mois » déclare Matahi Brotherson, le maire de la commune.

Coût de l’investissement : 98 millions de Fcfp, financé sur fonds propre. Un investissement qui permet à la commune d’Uturoa d’avancer plus sereinement. « C’est sûr que c’est un gros plus, cela vient soulager la centrale, mais ce n’est pas encore suffisant. Tavana a pris l’initiative d’en faire venir encore un autre, et là, on sera encore plus confortable » indique Iohann Roopinia, adjoint au maire.

Reste son installation… Le contrôle final aura lieu le 11 décembre avant sa mise en route prévue le 23 décembre, à quelques jours des festivités de Noël.

De son côté, l’ancienne mairesse de Uturoa, Sylviane Terooatea, a voulu réagir. Elle soupçonne des actes de sabotage qui ont causé les nombreuses coupures de courant que sa commune a subi du temps de son mandat. Des actes qu’elle qualifie de criminel : « Comme par hasard, depuis que Matahi est tavana, nous n’avons plus eu de black-out. On se pose des questions aujourd’hui avec la population. Je suis en train de mener mon enquête parce que si effectivement il y a eu sabotage, je dis que ce n’est vraiment pas bien d’avoir pris la population en otage et surtout, d’avoir mis à mal l’économie de la commune pendant toute cette période de black-out. Même durant la semaine des élections, nous avons subi deux black-out, dans la même semaine. Et dimanche, après les élections, il n’y avait plus de black-out. Pourtant, ce sont les mêmes groupes, les mêmes pièces, les mêmes agents. Je vais aller très loin dans cette affaire ».

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.