mardi 3 août 2021
A VOIR

|

Un millier d’offres d’emploi au Sefi

Publié le

Un millier d’offres d’emploi sont disponibles au Sefi. Malgré le contexte économique, des entreprises cherchent de la main d’œuvre. Le secteur de l’hébergement et de la restauration recrute, le BTP également. Le Sefi développe aussi des suivis plus personnalisés pour mieux appréhender le marché du travail.

Publié le 15/06/2021 à 15:42 - Mise à jour le 15/06/2021 à 15:46
Lecture 2 minutes

Un millier d’offres d’emploi sont disponibles au Sefi. Malgré le contexte économique, des entreprises cherchent de la main d’œuvre. Le secteur de l’hébergement et de la restauration recrute, le BTP également. Le Sefi développe aussi des suivis plus personnalisés pour mieux appréhender le marché du travail.

1027 offres d’emploi sont enregistrées et disponibles au Sefi. Et l’organisme compte 12000  inscrits. Dans un contexte tendu, l’organisme souhaite faciliter la mise en relation entre les entreprises et les demandeurs d’emplois. 9 offres sur 10 sont pour des temps pleins, et pour la moitié quasiment, c’est un CDI à la clef. “On a les offres d’emploi récurrentes des années antérieures sur des postes, tout ce qui est chantier, commis de cuisine, agents de sécurité. Mais de l’autre côté on a moins de demandes de mises en relation, explique la directrice du Sefi Hina Grepin. Alors ça ne veut pas dire qu’on a moins de demandeurs d’emploi, moins de chômeurs, bien au contraire. Mais qu’on a peut-être un effet de perte de confiance dans la situation économique, et le gens se disent ‘on va attendre que ça aille mieux pour aller chercher un emploi puisqu’en ce moment c’est la crise’.”

L’enquête emploi de 2020 menée par l’Institut de la statistique démontre aussi ce phénomène. Le taux de chômages est bas, non pas parce que les gens ont un emploi, mais parce qu’ils ne cherchent plus et ne sont plus inscrits non plus au Sefi.

Dans cette quête pour trouver un emploi, le Sefi a crée aussi le top club. Il s’agit d’accompagner pendant 8 semaines des jeunes de niveau bac + 2 minimum : ils travaillent leur réseau, leur CV et les techniques d’entretien. Vaiana Clarck est conseillère à l’emploi et accompagne ces jeunes : “C’est un nouvel outil d’accompagnement collectif que le Sefi expérimente. C’est la toute première édition. C’est quasi individuel. Ils sont 8 et ça nous permet de répondre de façon personnalisée à leurs demandes.”

Avec une licence en économie gestion, Vai Kohuieinui a bénéficié de cette nouvelle méthode. La motivation et la dynamique de groupe l’ont encouragé dans ses démarches. “Ça a été bénéfique parce qu’en moins d’une semaine j’ai réussi à avoir 5 entretiens d’affilée. Ensuite j’ai réussi à décrocher un CVD en tant que chargée de communication. Du coup j’aurai un an d’expérience en plus.”

Le Sefi pourrait à l’avenir réitérer la formule pour des personnes sans diplômes, ou bien pour des adultes en quête de reconversion professionnelle suite à un licenciement économique par exemple.

infos coronavirus