mercredi 18 mai 2022
A VOIR

|

Un métavers polynésien en cours de réalisation

Publié le

Assister à une réunion grâce à un avatar, regarder un match dans un stade virtuel, s’immerger dans d’autres cultures sans bouger de son canapé… ce sont les nombreuses promesses des metavers, des univers entièrement numérisés. Un projet se prépare en Polynésie. Il a été baptisé Ocean's club.

Publié le 26/02/2022 à 19:00 - Mise à jour le 27/02/2022 à 9:15
Lecture 2 minutes

Assister à une réunion grâce à un avatar, regarder un match dans un stade virtuel, s’immerger dans d’autres cultures sans bouger de son canapé… ce sont les nombreuses promesses des metavers, des univers entièrement numérisés. Un projet se prépare en Polynésie. Il a été baptisé Ocean's club.

Les adeptes de jeux vidéo ont déjà un aperçu de ce que peut être un monde numérique. Mais le concept du métavers est un peu plus poussé. Il s’agit d’un univers virtuel dont la principale caractéristique est l’immersion et l’interactivité.

Des espaces immatériels qui pourrait permettre de retrouver ses collègues, ou plutôt les avatars de ses collègues pour des réunions par exemple, ou d’assister à un concert ou une rencontre sportive… sans se déplacer. Pour l’entreprise de Mark Zuckerberg rebaptisée récemment Meta, le metavers est la prochaine évolution des relations sociales.

De grandes entreprises achètent même des terrains numériques dans des metavers connus… à des prix pas très éloignés de ceux des terrains réels. Fin janvier, Carrefour a fait l’acquisition d’un terrain sur le metavers The Sandbox pour 120 ethereum, une cryptomonnaie. L’équivalent de 36 millions de Fcfp… Le groupe souhaite proposer des expériences innovantes de commerce digital.

Même le monde du sport s’y met : Manchester City a annoncé la création d’un stade virtuel pour ses fans ne pouvant pas se déplacer jusqu’au vrai stade…


Et en Polynésie ? Un projet de metavers est en cours de réalisation, mené par une petite équipe de jeunes créatifs. Il a été baptisé Ocean’s club. Laurent Cartisano, responsable financier, explique que le but est de “mettre en avant les arts, les cultures, les traditions de chaque île, présente dans chaque océan. On s’est dit qu’on allait commencer par la Polynésie française et que ça allait être un peu le vaisseau amiral du projet. Ce sera avant tout un lieu où vous pourrez avoir du divertissement, de la rencontre, du partage, de la découverte sur tous les aspects de la Polynésie.”

Ce metavers se veut une fenêtre sur le monde, permettant de mettre en lumière les artistes et peut-être aussi de donner envie aux étrangers de visiter le fenua, pour de vrai comme l’explique Leo Bucheit, créateur de contenu visuel : “Je pense que dans l’idée, quelqu’un d’ailleurs pourra aller sur notre metavers et se faire un ‘preview’ de ce à quoi peut ressembler la Polynésie avant de faire le pas et de se décider à venir et réellement faire les activités qu’il aura pu faire dans le metavers. Il pourra goûter un peu à la culture, à l’ambiance via le metavers.”

Graphiquement, Ocean’s club présentera un design épuré : “on ne sera pas trop sur du 100% réaliste, pour garder un côté un peu magique. Et en ayant grandi pour la plupart (de l’équipe de conception, NDLR) en Polynésie, pour nous le but est de caler un maximum de références, de petits détails de la vie de tous les jours que nous on connait réellement ici et de partager ça à l’international.”


Construire tout un metavers demande de la ressource mais surtout du temps. Ce projet polynésien devrait être finalisé d’ici un an…

infos coronavirus