jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

Un incubateur de projet pour inciter les jeunes à entreprendre

Publié le

Publié le 24/10/2016 à 13:22 - Mise à jour le 24/10/2016 à 13:22
Lecture < 1 min.

Cet incubateur sera destiné aux porteurs de projets à potentiel. La CCISM leur mettra à disposition durant 6 à 12 mois des moyens modernes (connexion en très haut débit, wi-fi, espaces de travail, bureaux) pour aider les startups, porteurs de projet et TPE à réussir leurs projets.
L’accès au PRISM se fera au travers d’un processus de sélection. Au-delà de la faisabilité du projet, le porteur de projet devra proposer une solution innovante à un besoin concret et justifier d’un certain état d’avancement dans le prototypage de son produit ou service.

Au travers de cet incubateur, la CCISM souhaite contribuer au développement de la société polynésienne. La CCISM souhaite au travers de ce nouveau dispositif avoir un impact à 2 niveaux :
– Inciter les jeunes à entreprendre et se lancer
– Accompagner les projets de startups les plus prometteurs

MakeSense accompagnera la CCISM dans les premières actions à mettre en place pour favoriser la mise en place de l’incubateur dans l’écosystème local en rencontrant des étudiants, des entrepreneurs locaux, des partenaires. Dans un deuxième temps, l’équipe du PRISM sera formée à Paris pour intégrer les bonnes pratiques, apprendre à sélectionner les projets et les accompagner, à animer des sessions de travail. Dans un troisième temps, un membre de MakeSense Paris viendra lors du lancement du PRISM à la CCISM courant du premier trimestre 2017. C’est à cette période que l’incubateur devrait être lancé. 
 

Rédaction web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un Kanak nommé à la tête du Musée du...

Le Kanak Emmanuel Kasarhérou, expert des cultures océaniennes et ancien directeur du Centre culturel Tjibaou, va être nommé mercredi à la présidence du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac en remplacement de Stéphane Martin, a-t-on appris mardi soir de source proche du dossier.

Où jeter les masques pour limiter la pollution ? Que...

La crise du Covid-19 entraîne avec elle de nouveaux comportements et surtout de nouveaux déchets tels que les gants en latex, les masques de protection... Jetables, oui, mais n'importe comment et n'importe où, non. Quant aux masques en tissu, plutôt que de les jeter, et si on leur donnait une nouvelle vie ?

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV