dimanche 20 octobre 2019
A VOIR

|

Un entrepreneur réclame 1,8 milliard à l’OPH pour un projet avorté de résidences

Publié le

Publié le 04/02/2018 à 14:40 - Mise à jour le 04/02/2018 à 14:40
Lecture 2 minutes

Au cœur du dossier : la construction de 157 logements intermédiaires à Papearii. Un projet porté par le gérant de la SCI Toofa et chiffré à l’époque à quelque 4,5 milliards de francs.

Si, sous le gouvernement Tong Sang, l’OPH était intéressé, l’Office s’est finalement rétracté en 2013, sous la gouvernance Temaru.

Pour l’avocat de l’organisme public, Me François Froment-Meurice, l’OPH a décidé de ne plus donner suite au projet car il n’était économiquement pas viable mais aussi car l’accord prévoyait que la SCI Toofa bénéficie au préalable de la défiscalisation….qu’elle n’a jamais obtenue.

Le retrait de l’Office était par conséquent justifié, selon lui, et s’est fait dans les règles.

« Nous avons seulement refusé de proroger un contrat qui était arrivé à échéance », explique Me Froment-Meurice, « entre-temps, d’ailleurs, la Chambre Territoriale des Comptes avait pilonné l’opération en disant qu’elle était extrêmement risquée. Bercy avait fait savoir qu’il ne délivrerait jamais l’agrément -de défiscalisation, NDLR- à cette opération qui était beaucoup trop risquée. Dans une opération locative comme celle-là, où l’on construit des logements qui doivent être loués pendant 5 ans et 6 mois sans interruption, s’il y en a un seul qui n’est pas loué, Bercy peut requalifier l’opération. Bonjour les dégâts ».

Une analyse que ne partage pas, bien entendu, la partie adverse représentée par le célèbre avocat Me Francis Szpiner pour qui « c’était un bon projet ».

« L’OPH a changé d’avis pour des raisons qui n’étaient pas dans l’intérêt de la population polynésienne et il a tout fait pour saboter le projet », estime le conseil. Et si son client n’a finalement pas obtenu l’agrément de défiscalisation c’est parce que « l’OPH a tout fait pour que nous ne l’obtenions pas », dit-il.

Estimant que l’Office n’a pas été loyal dans le dossier, la SCI Toofa lui réclame aujourd’hui 1,8 milliard de francs de dédommagement. Les magistrats du tribunal de première instance se sont donnés le temps de la réflexion.

Ils rendront leur décision à la fin du mois de mai.
 

J-B. C. 

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au...

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X